L’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) a présenté, jeudi à Rabat, le bilan d’étape de son plan stratégique 2017-2020 qui est le fruit d’une réflexion menée en interne par les équipes de l’Autorité et enrichi par les opérateurs du marché afin d’être en ligne avec leurs attentes.

Le bilan de ce plan, qui s’articule autour de quatre grands axes à savoir “renforcer la confiance dans le marché des capitaux », « développer une régulation au service de la dynamique de marché », « être une autorité performante et influente sur le plan national et régional » et « renforcer les capacités de l’ensemble des opérateurs/acteurs et des épargnants”, a été présenté par la présidente de l’AMMC, Nezha Hayat.

S’agissant du premier axe, Mme Hayat a fait savoir que l’AMMC a veillé à apporter davantage de transparence au marché des capitaux et à renforcer ses contrôles et son dispositif de sanctions. Elle a, dans ce sens, précisé que la démarche adoptée s’est déclinée autour de 3 volets majeurs consistant à bâtir un marché transparent, à intensifier les contrôles et développer une approche basée sur les risques, ainsi qu’à renforcer le dispositif de sanctions via l’opérationnalisation du Collège des Sanctions, mis en place en mai 2017, et l’adoption d’une organisation ad-hoc permettant un suivi rapproché des dossiers.

Mme Hayat a souligné qu’à travers la publication de la Circulaire sur l’Appel Public à l’Epargne, l’AMMC a réussi à rehausser les standards de communication des émetteurs faisant appel public à l’épargne, notamment par l’instauration de nouvelles règles en matière de communication financière et extra-financière, à prévoir des règles allégées pour les petites et moyennes entreprises (PME), à optimiser le processus d’autorisation des opérations et à renforcer les règles de gouvernance des émetteurs.

À LIRE  Une délégation économique basque ”impressionnée” par la qualité des infrastructures à Laâyoune