Plus 2 millions de personnes ont visité les 19 sites archéologiques entre janvier et septembre 2019.

Les recettes provenant des sites du patrimoine dans les différentes régions du royaume ont augmenté, lesquels s’élèvent à 110 millions de dirhams pour la même période. « Dans le cadre des efforts soutenus qu’il déploie pour préserver et valoriser les éléments du patrimoine culturel matériel, les sites archéologiques et les bâtiments historiques, en tant que source de développement économique et levier du développement durable du Royaume, le ministère de la Culture et de la communication -Département Culture- œuvre à l’optimisation et au développement de son offre de services, afin de la rendre attractive pour les visiteurs de ces sites, et en accroître les revenus selon une gestion optimale incluant les volets juridiques, institutionnels, matériels et humains » affirment les responsables du ministère de la culture et de la communication

Il est à noter que le ministère veille également à prendre des mesures concrètes afin de restaurer et valoriser un nouveau lot de sites archéologiques et historiques, et en faire des centres d’attraction touristique et culturelle en phase avec les projets de développement intégrés aux niveaux local, régional et national, a rappelé la même source.

Grande affluence, plus de 2 million de visiteurs ont été enregistrés, soit une hausse de 155% par rapport à la même période de 2016 dont ce nombre ne dépassait pas 588.633.

Les recettes ont tout logiquement suivi la tendance en augmentant de près de 5,87 millions de dirhams par rapport à la même période de 2016 en atteignant 90 millions de dirhams. En 2016, ce chiffre était de 5.873.609 dirhams, précise la même source.

À LIRE  Nouvelles mesures et conditions POUR ENTRER AU MAROC, À COMPTER DU 7 FÉVRIER

Pour le département de la Culture, cette bonne dynamique est le résultat de ses efforts pour l’amélioration et le développement des services susceptibles d’attirer davantage de visiteurs et générer donc plus de recettes, dans le cadre du développement économique durable.