Le gazoduc Nigéria-Maroc couvre 16 pays africains représentant un PIB total de 670 milliards de dollars, a fait savoir jeudi à Rabat la directrice générale de l’Office marocain des hydrocarbures et des mines (ONHYM) Amina Benkhadra.

Le gazoduc Maroc-Nigéria est un projet à caractère stratégique et structurant qui constitue la pierre angulaire de l’intégration régionale en Afrique de l’Ouest et un catalyseur du développement socio-économique de tous les pays de la région, a-t-elle indiqué lors d’un panel sur les retombées du gazoduc dans le cadre de la deuxième édition du Forum d’affaires Nigéria-Maroc.

Selon elle, ce mégaprojet, qui illustre une très forte volonté de coopération régionale au bénéfice de l’ensemble du continent africain, offre d’énormes opportunités à une multitude de pays et d’acteurs économiques,

Mme Benkhadra a en outre réitéré la disposition du Maroc à collaborer avec l’ensemble des pays Africains dans le cadre d’une coopération inclusive.

Pour sa part, Farouk Garba Said, directeur d’exploitation à la Nigerian National Petroleum Corporation (NNPC), a mis en avant la capacité de ce projet du gazoduc à créer de nouveaux débouchés pour le gaz nigérien ainsi que les retombées positives de ce projet sur les exportations du Nigéria vers les différents pays du monde.

Outre la diversification des marchés à l’export, ce gazoduc servira également aux projets d’électrification, tant vitaux pour les villes africaines, a-t-il dit, notant que l’intégration économique des pays de la région ouest africaine, favorisée par le gazoduc, aura un impact direct sur la vie quotidienne des populations d’Afrique.

À LIRE  Act II pour le Light Tour de l’ONMT À LISBONNE, MADRID ET SAO PAULO