La campagne mondiale “16 jours d’activisme pour mettre fin à la violence faite aux femmes” a été lancée samedi à la Place Harti à Marrakech sous le thème “Masculinités positives : les hommes et les garçons rejettent les violences faites aux femmes et aux filles”.

Cet événement ouvert au grand public et organisé par les Nations Unies en commémoration de la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, a pour objectifs de sensibiliser vis-à-vis de la violence contre les femmes et les filles.

La cérémonie officielle du lancement de la campagne a été marquée par l’ouverture de plusieurs stands animés par les acteurs institutionnels, en l’occurrence, le Ministère de la Famille, de la Solidarité, de l’Egalité et du Développement social, le Parquet général, la Direction Générale de la Sûreté Nationale, le Ministère de la Santé, le Haut-Commissariat au Plan, les acteurs associatifs et des représentants d’organisations onusiennes.

A cette occasion, un échange a été engagé entre les animateurs des stands et le public, venu pour s’informer des efforts consentis au niveau national pour éradiquer la violence à l’égard des femmes et des filles.

Cette campagne, menée cette année, sous le hashtag #Hit_Ana_Rajel, a pour objectif de sensibiliser sur les rôles positifs des hommes et des garçons dans la promotion de l’égalité entre les sexes ainsi que dans la prévention de la violence l’égard des femmes et des filles.

Ont été animé tout au long de la journée des stands de sensibilisation et d’échange avec les quelques 500 visiteurs notamment sur les efforts nationaux déployés pour mettre fin aux violences faites aux femmes et aux filles.

Si les mouvements et associations de femmes, travaillent depuis longtemps sur l’accès à leurs droits, questionnant les inégalités, les discriminations et les violences vécues, et mobilisant l’opinion publique autour de cette cause, très peu d’initiatives ont été menées pour encourager les hommes à initier une réflexion sur eux-mêmes, estime-t-on. Pour y remédier, les organisateurs ont choisi pour cette campagne : « Masculinités positives : les hommes et les garçons rejettent les violences faites aux femmes et aux filles » comme thème de mobilisation.

À LIRE  Covid-19: Le ministère de l’Aménagement du Territoire national applique des horaires fixes pour les visites

Plusieurs artistes engagés, dont Fnaïre, Anis Chouchene, Moustapha Romli ou encore Souad Sahel, ont répondu présents à cette manifestation et ont exprimé leur rejet des violences à travers la musique, le slam, la danse et les arts plastiques.

Un stand dédié à la nouvelle Cellule De Prise En Charge Des Femmes Victimes De Violences lancé en septembre dernier par la Direction générale de la sureté nationale, a permis aux visiteurs du village, notamment les femmes, d’être au faites de leurs droits et des différents dispositifs mis en place afin de protéger la gente féminine contre toute forme de violence.
« Dans le cadre dans le cadre de l’accompagnement de la mise en œuvre des dispositions de la loi 103-13 du 22 février 2018, la Cellule De Prise En Charge Des Femmes Victimes De Violences accueille les femmes victimes de violences physiques, verbales ou sexuelles. Les agents de la cellule sont à l’écoute de ces femmes et prennent leur déposition en bonne et due forme. La cellule propose également aux victimes un soutien psychologique et les redirige vers un centre ou une association d’aide aux femmes victimes de violences», confie au micro de 2m.ma, Ouafae Bendidi, commissaire de police à la wilaya de Marrakech.

Plusieurs femmes se sont présentées au stand de la DGSN afin de se renseigner sur la procédure en vigueur. Certaines ont même saisi l’occasion pour porter leurs plaintes pour violences.
« Je suis venue déposer plainte contre mon mari qui me bat souvent. Il rentre presque tous les soirs en état d’ébriété et porte la main sur moi. Aujourd’hui, J’ai décidé de ne plus me taire et la création de cette cellule m’a aussi donné le courage qu’il fallait pour dire stop à cette situation infernale. J’encourage toutes les femmes comme moi victimes de violences d’aller au commissariat le plus proche et de porter plainte», témoigne Touria, mère de deux enfants et victime de violences conjugales.

À LIRE  Immigration clandestine: Arrestation de 32 Subsahariens à Dakhla

Organisée depuis 2008 à l’appel du Secrétaire Général des Nations Unies, la campagne mondiale des « 16 Jours d’activisme contre la violence faite aux femmes et aux filles » se tient chaque année entre le 25 novembre, journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, et le 10 décembre, journée internationale des droits humains et constitue un appel à la mobilisation générale.

Des actions de sensibilisation sont organisées tout au long de ces 16 jours afin de toucher le plus grand nombre, promouvoir et renforcer la sensibilisation, donner un nouvel élan aux efforts de mobilisation et partager les connaissances et les innovations.

Dans le cadre des 16 jours d’activisme, l’opération “Orangez Le Monde” consiste à illuminer des édifices et des monuments en orange partout dans le monde afin de sensibiliser l’opinion publique sur le phénomène de la violence vécue par les femmes. Cette année au Maroc, la Direction Générale de la Sûreté Nationale, le Musée Mohammed VI, la Tour Maroc Telecom, la gare LGV de Rabat-Agdal, et Autoroutes du Maroc, entres autres, s’illumineront en orange, pour marquer l’engagement de ces institutions pour l’élimination de la violence contre les femmes et les filles.