La 17e campagne nationale contre la violence à l’égard des femmes, lancée durant cette semaine, vise à impliquer davantage les jeunes en tant que force positive.

Le ministère de la Solidarité, du développement social, de l’égalité et de la famille a lancé, lundi, la 17e campagne nationale de sensibilisation aux violences faites aux femmes, sous le thème «L’implication des jeunes dans la lutte contre les violences à l’égard des femmes et des jeunes filles». D’après un communiqué du ministère, cette campagne, qui se poursuit jusqu’au 20 décembre, vise à faire des jeunes marocains des partisans et des défenseurs de la «non-violence» à l’égard des femmes, en mettant en avant la créativité des jeunes dans divers domaines, les efforts menés pour faire face à ce phénomène et les perspectives de développement dans le cadre de l’application de la loi et du décret y afférent, en plus de l’ouverture d’un débat social sur cette question.

Cette 17e campagne a pour but d’adopter une nouvelle démarche à l’égard des jeunes concernés par ce phénomène, qu’ils soient victimes ou auteurs, en les engageant et en faisant d’eux une force de proposition effective pour changer les mentalités et instaurer des principes d’égalité, de justice et d’équité, que ce soit en concevant de nouveaux moyens de sensibilisation ou en proposant des projets durables qui pourraient constituer une base de coopération, souligne la même source. De plus, la campagne aspire à établir une plateforme de coopération qui sera instaurée entre organisations de jeunesse originaires de différentes régions du Royaume et acteurs publics. C’est d’ailleurs dans ce contexte que le ministère a choisi comme slogan pour cette campagne : «Une Jeunesse unie contre la violence à l’égard des femmes»

À LIRE  Bourita: “Le monde a choisi la diplomatie de club pour trouver des solutions aux défis de la pandémie”

Menée par le ministère de la Solidarité, du développement social, de l’égalité et de la famille, cette étude avait réussi à démontrer que les jeunes étaient plus que jamais placés au cœur même de cette problématique, puisqu’ils sont eux-mêmes souvent considérés comme les acteurs et les victimes de la violence, qu’elle soit de nature physique, sexuelle ou même électronique. En outre, la même étude avait démontré que plus de 43,2% des actes de violence qui ont lieu dans des lieux publics étaient commis par des agresseurs âgés de 19 à 34 ans. Si les jeunes font partie du problème, ils en sont également la solution».

La Haute Autorité de la communication audiovisuelle (HACA) participe, pour la deuxième année consécutive, à la campagne des 16 jours d’activisme contre les violences faites aux femmes, en affichant du 25 novembre au 10 décembre 2019, sur l’écran exposé à l’extérieur de son siège des données, statistiques et infographies produites par ONU Femmes, sur la prévalence des violences faites aux femmes et aux filles au Maroc.
La contribution à cette campagne s’inscrit dans le cadre des efforts de sensibilisation à la lutte contre toutes les formes de violences faites aux femmes, dont le taux de prévalence au niveau national est de 54,4%, selon les résultats de l’enquête nationale 2019.
Cette mobilisation s’inscrit pleinement dans le mandat constitutionnel de la Haute Autorité qui doit notamment «contribuer à promouvoir la culture d’égalité et de parité entre l’homme et la femme et à lutter contre toutes formes de discrimination et d’images stéréotypées portant atteinte à la dignité de la femme», poursuit la HACA, en citant l’article 3 de la loi n°11-15 portant réorganisation de la Haute Autorité.