Plus de 400 personnalités, venues des quatre coins du monde, ont pris part à la 4ème édition de l’Africa Security Forum du 1er au 3 décembre à Rabat. Les travaux ont porté sur les solutions à mettre en œuvre pour contrer les conséquences du changement climatique.

Placée sous le thème « l’impact du changement climatique sur la sécurité en Afrique », cette rencontre représente l’un des rendez-vous les plus importants de l’année sur le continent, notamment pour les stratèges, décideurs publics, institutionnels, et experts… Ainsi, plus de 300 participants de haut niveau ont répondu présent à cet événement qui se déroule du 1er au 3 décembre.

Les participants discutent de plusieurs sous-thèmes : ‘’Sécurité alimentaire et gestion de l’eau’’, ‘’Accroissement démographique et développement agricole’’, ‘’Anticiper les solutions de demain’’, etc.

‘’Le changement climatique bouleverse l’équilibre de la planète à un tel degré qu’il est difficile de cerner précisément son impact. Une chose est sûre toutefois, ses conséquences sur les écosystèmes, la biodiversité et les sociétés humaines soulèvent dès aujourd’hui de sérieux problèmes en matière de sécurité’’, explique une note d’information de l’Africa Security Forum remis aux journalistes.

Ce document présente l’Afrique comme ‘’le continent le plus vulnérable de la planète, le plus vulnérable aux impacts des changements climatiques en raison des défis politiques, socio-économiques et démographiques auxquels il faut faire face’’.

‘’Les changements climatiques peuvent menacer la sécurité et la stabilité des pays, si rien n’est fait’’, avertit Driss Benomar, le président d’Atlantis.

Il a surtout insisté sur la raréfaction de l’eau et la sècheresse, qui peuvent, selon lui, engendrer de ‘’micro-conflits’’ entre éleveurs et agriculteurs, ce qui doit inciter les Etats à réfléchir à un nouveau modèle de coopération interafricaine, dans le but de relever les défis des changements climatiques.

À LIRE  La FCPM insiste sur la nécessité de prendre en compte les défis du secteur de la pêche maritime

L’ancien ministre français et fondateur de la Fondation ‘’Energies pour l’Afrique’’, Jean-Louis Borloo, qui prend part au forum, estime que cette rencontre est ‘’décisive’’. L’ASF se tient au moment où s’ouvre à Madrid la 25e Conférence des Nations unies sur le climat (COP25), fait-il remarquer.

Dans son discours inaugural, Driss Benomar, président du Centre de recherches et d’études géostratégiques (Atlantis), organisateur de l’événement, a notamment appelé à une sérieuse réflexion sur un nouveau modèle de coopération africaine pour faire face aux défis sécuritaires et environnementaux auxquels fait face le continent. «Les effets des changements climatiques sur le paysage politique mondial déstabilisent les régions vulnérables du continent et favorisent les tensions avec leur lot de problèmes sécuritaires et de conflits. Le rythme actuel des changements climatiques, notamment en termes de hausse du niveau de la mer due à la fonte des glaciers, d’extrême variabilité des précipitations, et de fréquence d’intensité accrue des tempêtes provoquent une situation inédite à laquelle nous devons nous préparer », a-t-il mis en garde.