L’Agence française de développement (AFD) a débloqué 15 millions d’euros pour financer les premiers pas de start-up africaines via des partenaires locaux qui investiront en capital ou en quasi-capital dans les jeunes entreprises, a-t-elle annoncé mardi 3 décembre. « Il y a un entrepreneuriat extrêmement foisonnant en Afrique », mais « souvent il n’y a personne pour apporter des financements quand ils sont compris entre 50 000 et 300 000 euros », a expliqué à l’AFP Isadora Bigourdan, responsable du projet au sein de l’AFD.

Dédié aux jeunes entreprises innovantes, ce nouveau fonds d’amorçage vise à faire émerger des start-ups africaines à impact positif, créant de la valeur pour l’économie comme la société.

Ce dispositif d’accompagnement et de financement qui couvre 45 pays d’Afrique, pour un soutien financier pouvant atteindre 300.000 euros, cible tout particulièrement les start-up numériques en début d’activité, les incubateurs, hubs et accélérateurs déployés par les partenaires locaux de l’AFD, indique un communiqué conjoint de l’AFD et de Emerging Valley parvenu à la MAP.

Ce nouveau fonds d’amorçage Digital Africa est une composante de l’initiative Choose Africa, à travers laquelle l’AFD s’engage à consacrer 2,5 milliards d’euros aux start-up, TPE et PME africaines d’ici 2022, souligne-t-on de même source.

Les entreprises innovantes en Afrique souffrent d’un manque de financements, en particulier aux premiers stades de leur développement. Aujourd’hui, seules 20% des PME africaines peuvent prétendre à un prêt bancaire et 87% des startup n’ont accès à aucun financement, affirme la même source, soulignant que «l’objectif de ce fonds est de soutenir l’émergence et le développement de jeunes entreprises innovantes en Afrique».

À LIRE  Le Maroc réélu au Conseil de l’Organisation Maritime Internationale

Ce nouveau dispositif doit permettre notamment d’améliorer l’accès aux financements des start-up dès le début de leur activité. Son objectif est de soutenir l’innovation africaine, en faveur d’entreprises à impact positif et de proposer un dispositif de financement adapté aux besoins des start-up et qui permet aux jeunes pousses de développer leur service, et de manière indirecte, de créer un environnement propice à l’innovation et à l’entreprenariat sur le continent africain.

Le Sommet “Emerging Valley” rassemble chaque année les leaders de la Tech africaine, les investisseurs, les experts africains et mondiaux de l’innovation, afin de créer une dynamique de coopération entre les pays des deux côtés de la Méditerranée autour de projets concrets comme l’environnement ou encore le numérique.

Le Sommet permet de renforcer à l’international, l’attractivité des start-ups innovantes, de développer leurs relations business et d’accélérer leur impact à l’échelle globale. Pour sa troisième édition, il ambitionne d’aider les startups africaines à se développer en obtenant des financements.

La Fédération marocaine des Technologies de l’Information des Télécommunications et de l’Offshoring (APEBI), participe à ce Sommet qui se tient cette année sous le thème «Construction d’une véritable “alliance digitale” entre l’Afrique et l’Europe ».

Partenaire de cet événement international, l’APEBI est représentée par une délégation composée du président du pôle startup et de 4 startups membres (Go Mobile, Indatacore, Kwiks, et Welearn).