Un garde-côte de la Marine Royale a repêché, au large de Nador, les cadavres de sept Subsahariens, dont trois femmes, et porté secours à 70 candidats à la migration irrégulière, tous originaires de pays de l’Afrique subsaharienne, qui étaient en difficulté à bord d’une embarcation de fortune, apprend-on de source militaire.
Les secourus, dont 10 femmes et un bébé, étaient dans un état de santé dégradé. Ils ont reçu les premiers soins nécessaires à bord du garde côte de la Marine Royale, avant d’être ramenés sains et saufs au port de Nador, précise-t-on de même source.

Les sept corps repêchés par le garde-côte de la Marine royale faisaient partie de ce groupe de migrants subsahariens, indique la même source.

Selon un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), les recherches effectuées dans le cadre de cette affaire ont permis l’arrestation d’un individu ayant des liens présumés avec l’organisation de la migration clandestine et qui fait l’objet d’un avis de recherche au niveau national.

Les opérations de fouilles effectuées ont également permis la saisie de gilets et chambres à air qui devraient être utilisés dans des opérations d’émigration illégale, précise le communiqué.

Le principal suspect a été placé en garde à vue à la disposition de l’enquête judiciaire menée sous la supervision du parquet compétent, alors que la loi relative à l’entrée et au séjour des étrangers au Royaume du Maroc sera appliquée à l’encontre des candidats à l’émigration clandestine arrêtés dans cette affaire.

Cette opération s’inscrit dans le cadre des efforts intenses et continus déployés par les services de la DGSN pour lutter contre le phénomène de l’émigration clandestine et la traite des êtres humains, ajoute la même source. MAP-

À LIRE  Covid-19 : 464 nouveaux cas enregistrés en 24 heures