Grand succès de la Biennale de Rabat qui a pris fin avec un bilan de 140.000 visiteurs, s’est félicité, mercredi à Rabat, le président de la Fondation nationale des musées du Maroc (FNM) du Maroc, Mehdi Qotbi.

« Nous avons réussi à faire de Rabat la capitale artistique de l’Afrique », a affirmé, et cela s’est réalisé grâce à de grandes expositions et plusieurs projets qui continueront à faire rayonner notre ville lumière » à l’échelle du continent, a-t-il relevé lors d’un point de presse consacré à la présentation du bilan et des perspectives de la FNM.

Ce chiffre signifie que cette Biennale a reçu l’équivalent d’un millier de visiteurs chaque jour ouvrable et que “les gens trouvaient les chemins du Musée, de la lumière et de la culture”, a-t-il ajouté, notant que 65% des visiteurs sont des jeunes.

“Cette première Biennale a été saluée pour sa qualité dans le monde entier, notamment en Amérique Latine, en Europe et en Asie”, a-t-il souligné.

« c’est toujours une fierté qu’un pays comme le Maroc puisse avoir aujourd’hui un tel écho à travers le monde. C’est la récompense d’une passion, d’un travail d’une équipe, qui n’est pas énorme, mais par la passion qu’elle porte en elle, elle peut déplacer les montagnes. Quand on voit la réalisation de la Biennale, l’exposition des impressionnistes (…) Nous avons aujourd’hui une fierté de ce que nous avons apporté et porté au Maroc et aussi grâce à Sa Majesté qui a donné à la culture la place qu’elle doit avoir ». a-t-il ajouté.

À LIRE  la toile d’Etienne Dinet "Le fils d’un Saint Mrabeth" bat le record d’enchères au Maroc

Pour sa part, Abdelkader Damani, Commissaire de la Biennale de Rabat, a fait savoir que “la Biennale était un espace où il n’y avait ni frontières, ni déterminisme, ni préjugés”, se réjouissant que “c’est le seul endroit pour une expression artistique libre où les artistes ont eu la chance et la possibilité de tout dire de leurs œuvres, et c’est ça la grande réussite”.

De son côté, Abdelaziz El Idrissi, Directeur du Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain, a indiqué que “le Musée a réussi à placer la ville de Rabat sur la carte culturelle”, affirmant que la Biennale est un “acte particulier et de qualité qui vient s’inscrire dans l’histoire de l’art”.

“On a gagné une belle programmation marquée par sept tables rondes de qualité et une vingtaine de films, une présence sur la scène de Rabat avec les onze lieux qui ont abrité la totalité des activités et une équipe de qualité travaillant au sein de la Fondation nationale des Musées”, a-t-il relevé.

Par ailleurs, la commissaire de la carte blanche littérature et poésie, Sanae Ghouati, a assuré que “l’ambition de cette Biennale a été d’ouvrir un dialogue interculturel et inter-artistique en vue de permettre une véritable interaction et un réel échange entre toutes les formes de création, à l’instar des arts plastiques, de la vidéo, du cinéma, de la musique, de la littérature et de l’architecture”. MAP-