Les pensions de retraite servies par la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) seront revalorisées de 5%, à compter du 1er janvier 2020, selon le conseil d’administration de cet établissement.

Cette augmentation “ne doit pas être inférieure à 100 dirhams comme seuil minimum”, a précisé la même source, soulignant que cette mesure fait partie “des décisions importantes” adoptées par le Conseil, présidé par le ministre du Travail et de l’insertion professionnelle, Mohamed Amkraz.

La réunion, qui s’est déroulée en présence des représentants des salariés et des employeurs, a également approuvé l’exonération de tout affilié des majorations résultant du retard de paiement des cotisations, des pénalités et des frais de poursuite, dans le cadre des facilités de paiement, à condition de régler la totalité des échéances et de l’encours durant la période du rééchelonnement.

Il s’agit aussi de l’exemption d’une partie des majorations de retard de paiement des cotisations, astreintes et frais de poursuite de toute entreprise s’engageant à régler ses créances dues à la CNSS, selon un échéancier convenu d’un commun accord, poursuit la même source, notant que lesdites exemptions varient de 90 à 30% en fonction du nombre de mois cumulés.

Cette mesure, qui concerne l’année 2016 et les exercices antérieurs, va couvrir la période allant du 1er janvier au 31 décembre 2020, a-t-on indiqué.

Le Conseil d’administration a, d’autre part, approuvé le programme d’action et le budget de la Caisse au titre du régime général et du régime de l’Assurance Maladie Obligatoire (AMO) pour l’exercice 2020.

Lors de l’ouverture de cette réunion, le ministre du Travail et de l’insertion professionnelle a souligné que le gouvernement est engagé à aller de l’avant dans le processus de réforme du système de protection sociale au Maroc et l’instauration des règles de mise en oeuvre et de gouvernance de ce chantier.

À LIRE  Premier décès lié au nouveau coronavirus au Maroc

Ce projet vise à garantir l’accès de l’ensemble des citoyens au panier de soins de base, un revenu aux personnes et familles en situation de précarité, outre des prestations sociales de qualité aux personnes en situation difficile, a-t-il relevé.

MAP-