Le Maroc cherche à renforcer ses exportations vers le Japon, notamment dans le secteur agricole. Mercredi, le ministre de l’Agriculture, Aziz Akhannouch, s’est entretenu, à Rabat, avec le ministre d’État japonais des Affaires étrangères, Keisuke Suzuki, des moyens de renforcer la coopération bilatérale dans les domaines de l’agriculture et de la pêche maritime. L’ouverture du marché japonais à l’exportation des agrumes marocaine a été l’un des points évoqués.

Les exportations marocaines vers le pays asiatique restent actuellement limitées. Elles se composent principalement de l’agar-agar modifié, d’algues brutes, de fraises congelées, huiles végétales brutes, mucilages et d’épaississants de caroube.

Le Maroc est le 2e deuxième récipiendaire africain des investissements directs à l’étranger (IDE) japonais en Afrique.

Il faut rappeler, que le capital humain marocain est une “ressource qualifiée et performante” à la disposition du développement économique du Royaume, a-t-il relevé le diplomate japonais, ajoutant que quelques 70 entreprises nippones sont actuellement opérationnelles au Maroc et ont contribué à la création d’environ 40 000 emplois.

À LIRE  Mission multisectorielle d’Attijariwafa bank à Douala