Le Nouveau modèle de développement doit prendre en considération les grands défis auxquels fait face le secteur de la pêche maritime, a insisté, vendredi à Rabat, le président de la Fédération des chambres des pêches maritimes (FCPM), Mohamed Oumouloud.

“Comme dans d’autres secteurs, la pêche maritime connaît des évolutions et souffre de problèmes”, a-t-il déclaré à la presse à l’issue d’une réunion des représentant de la FCPM avec la Commission Spéciale sur le Modèle de Développement (CSMD), notant que cette rencontre a été l’occasion “de passer en revue les grandes problématiques auxquelles fait face le secteur”.

Saluant l’invitation adressée aux représentants du secteur, M. Oumouloud a annoncé que d’autres réunions avec la CSMD suivront en vue de présenter des propositions et des solutions aux principaux défis.

Outre M.Oumouloud, la FCPM était également représentée lors de cette réunion par son secrétaire général, Nasser Aboudi.

La CSMD a entamé ses séances d’écoute des partis politiques et des syndicats le 2 janvier, rencontrant tour à tour les représentants du Parti Authenticité et Modernité (PAM), du Rassemblement national des indépendants (RNI), du Mouvement populaire (MP), du Parti Justice et Développement (PJD), de l’Union socialiste des forces populaires (USFP), de l’Union constitutionnelle (UC), du Parti de la Gauche Verte (PGV), et du Parti de l’Unité et de la Démocratie (PUD).

La commission a également procédé à l’écoute des représentants de l’Union marocaine du travail (UMT), de l’Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM), de la Confédération démocratique du travail (CDT), de la Fédération démocratique du travail (FDT), de l’Organisation démocratique du travail (ODT), de l’Association marocaine des Présidents des Conseils Communaux (AMPCC), de l’Association des Régions du Maroc (ARM), et de la Fédération des chambres d’artisanat (FCA).

À LIRE  Un vaccin contre le COVID-19 sera testé sur 30.000 volontaires à partir de juillet

La Commission a aussi tenu des réunions avec les représentants de sept partis sans représentation parlementaire, à savoir le Parti Al Ahd Addimocrati, le Parti des forces citoyennes (PFC), le Parti démocratique de l’indépendance (PDI), le Parti du renouveau et de l’équité (PRE), le Parti de l’environnement et du développement durable (PEDD), le Parti démocrate national (PDN) et le Parti de la renaissance et de la vertu (PRV).

La CSMD avait décidé, le 24 décembre dernier, de procéder à l’écoute des institutions et des forces vives de la nation incluant les partis politiques, les syndicats, le secteur privé et les associations et ce, dans un esprit d’ouverture et de construction commune.

Dans cette même logique de participation et d’inclusion, la CSMD avait fait savoir qu’elle mettra en place une plateforme digitale permettant de recevoir et de collecter les contributions et les idées soumises par les citoyens, afin d’enrichir le débat et de partager les expériences et les réflexions.

La Commission organisera également une série de réunions de terrain pour écouter les citoyens et les différentes composantes de la société marocaine dans l’optique de consolider l’esprit d’interaction et d’ouverture qui caractérise son travail.