L’association Enfance Maghreb Avenir (EMA), qui œuvre pour la réhabilitation d’écoles publiques dans les quartiers défavorisés du Grand Casablanca et de Marrakech, organise du 16 janvier au 25 février, l’exposition «Les Yeux OuVerts» dans l’espace d’art Artorium.

Une quarantaine d’œuvres, notamment des peintures, des photographies et des sculptures, abordent cette thématique et suggèrent « quatre visions du monde que sont l’Observation, l’Équilibre, la Folie et la Conscience, de manière directe ou suggestive, avec une sensibilité artistique et un engagement évident à la fois pour l’écologie », indique un communiqué de l’association Enfance Maghreb Avenir (EMA), initiatrice de l’événement et qui œuvre pour la réhabilitation d’écoles publiques dans les quartiers défavorisés du Grand Casablanca et de Marrakech.

« Notre objectif à travers cette exposition est d’attirer l’attention des mécènes, des collectionneurs et du grand public afin de venir en aide à l’éducation dans le secteur public au Maroc », a déclaré Najate Limet, présidente de l’Association EMA, citée dans le communiqué.

Le bénéfice de la vente des œuvres exposées est destiné à financer la reconstruction et la mise aux normes d’écoles publiques du Grand Casablanca et en priorité le Centre de Formation par l’Apprentissage de Nouaceur, dans lequel soixante enfants, âgés de 15 à 20 ans, déscolarisés, pourront apprendre un métier adapté au marché de l’emploi.

L’exposition, fruit d’un projet appelé « EMArt », sera accompagnée d’une conférence de l’écrivain français Paul Ardenne sur « Les artistes ne peuvent pas rester indifférents ? » prévue le 22 janvier et d’une table ronde sur « La transition écologique : Art et Architecture, même combat ? » parrainée par l’Institut Français de Casablanca (le 30 janvier).

À LIRE  Tomber de rideau sur le Festival Visa For Music

Créée le 31 janvier 2006 à Paris et le 30 novembre 2007 à Rabat, EMA est une organisation non gouvernementale (ONG) de solidarité internationale française de loi 1901 à but non lucratif et reconnue d’intérêt général.