Le tapis traditionnel marocain, cet héritage ancestral considéré comme un objet d’art à part entière, se veut un véritable témoignage de la richesse culturelle et civilisationnelle du Royaume et de la créativité artistique de l’artisan marocain.

Avec ses couleurs vivaces et variées et ses géométries typiques et harmonieuses, cette pièce authentique fascine et séduit, hier comme aujourd’hui, marocains et étrangers.

Cette expression artistique liée à l’histoire et aux traditions qui fait la fierté de l’artisanat marocain, diffère d’une région à une autre, selon ses spécificités et ses propres caractéristiques.

Une simple tournée à travers les différents stands dédiés au tapis traditionnel marocain, et aménagés à l’occasion de la 6ème édition de la Semaine Nationale de l’Artisanat (SNA) organisée du 12 au 26 janvier à Marrakech, sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, permet aux visiteurs avertis comme aux curieux de découvrir la diversité de ce patrimoine artisanal. On y trouve le « Tapis Fassi », « Tapis Zayane », « Tapis Beni Mtir », « Tapis Zemmour », « Etoffe Ouazzane », ou encore « Handira du Moyen Atlas ».

LE TAPIS TRADITIONNEL, UNE CULTURE,ARTISANAT ET ÉCONOMIE 1

Ainsi, pour Karima Dabchi, présidente de l’association Al Assala de l’artisanat à Figuig et exposante au Salon, chaque région du Royaume se distingue par son produit local, notant que le tapis de la région de Figuig est « particulier », compte tenu du type de laine utilisée qui est à 100% naturelle, de la manière de filage, ainsi que des dessins.

Le Tapis Figuigui, très connu pour sa qualité, reflète la culture et les traditions de la région de l’Est et connaît un vrai essor, a-t-elle souligné dans une déclaration à la MAP, notant que l’organisation de ce genre de manifestations permettra de favoriser la commercialisation de ce produit et de rapprocher le Tapis de Figuig du citoyen marocain.

À LIRE  Caravane culturelle et scientifique en sud Maroc
LE TAPIS TRADITIONNEL, UNE CULTURE,ARTISANAT ET ÉCONOMIE 2

L’artisanat du tapis a changé la vie de plusieurs femmes et familles dans la région, il est devenu une véritable source de revenu, a-t-elle indiqué, ajoutant que son association oeuvre pour l’autonomisation économique des femmes et le renforcement de leurs capacités, en organisant des sessions de formation et des visites.

« Nous avons organisé une visite d’échange en Italie pour partager le savoir-faire marocain et les techniques artisanales et tirer profit de l’expérience italienne, notamment en matière de coloration de la laine », a-t-elle dit.

De son côté, la présidente de la coopérative Nassih de Fkih Ben Saleh, Mme Nassih Samira a mis en avant l’importance de sauvegarder cette activité artisanale et de veiller à sa transmission intergénérationnelle.

Dans ce sens, elle a fait savoir que sa coopérative oeuvre à préserver le « Hayk Laâmiri », qui se trouve menacé de disparition. « A travers ces tapis nous voulons revivre cet art ancestral qui caractérise la région du Fkih Ben Saleh », a-t-elle poursuivi.

LE TAPIS TRADITIONNEL, UNE CULTURE,ARTISANAT ET ÉCONOMIE 3

« Nous menons plusieurs recherches sur ce genre de tapis qui a cessé d’exister depuis les années 50. Notre objectif est de conserver ce patrimoine, tout en innovant et apportant une nouvelle touche », a-t-elle dit.

Dans le « Hayk Laâmiri » chaque couleur, dessin ou géométrie a une signification et une histoire. A l’époque, les femmes de la région l’utilisait pour exprimer leurs sentiments, par exemple la couleur noir était synonyme de douleur et de tristesse …, a-t-elle relevé.

LE TAPIS TRADITIONNEL, UNE CULTURE,ARTISANAT ET ÉCONOMIE 4

« Le Tapis Beni Mtir est très connu par sa couleur rouge. Au niveau de notre coopérative, nous avons préserver le dessin qui distingue ce tapis, tout en innovant au niveau des couleurs et de la matière utilisée », a-t-elle expliqué.

À LIRE  La vannerie, l'art de tressage au Maroc

« L’une des spécificités de notre coopérative est la production des « Tapis aux plantes ». Outre la laine naturelle, nous utilisons pour la coloration des tapis certaines plantes, telles Zaârour, Foua, l’eucalyptus, les feuilles d’olivier, la garance des teinturiers et le coquelicot… », a-t-elle souligné.

La coloration à base de ces produits naturels est très appréciée pour ses bienfaits sur la santé, car en plus de son odeur aromatique, ce tapis est un ami de la santé, sans produits chimiques et lutte contre l’allergie, a-t-elle dit.

LE TAPIS TRADITIONNEL, UNE CULTURE,ARTISANAT ET ÉCONOMIE 5

« Nous recyclons également des sacs plastiques pour la fabrication des tableaux. Notre objectif est de mettre en lumière cet héritage ancestral tout en respectant l’environnement », a-t-elle ajouté.

Organisée à l’initiative du ministère du Tourisme, de l’Artisanat, du Transport aérien et de l’Économie sociale, à travers la Maison de l’Artisan, cette édition vise à construire une image de marque de l’artisanat marocain, faire de cet événement un espace de rencontres incontournable pour les artisans qui souhaitent mettre en valeur leurs créations, s’informer des nouvelles tendances et favoriser la commercialisation du produit artisanal marocain ici et ailleurs.

MAP-