Les travaux du 2ème Forum international sur les mécanismes d’analyse des statistiques de la migration se sont ouverts, dimanche au Caire, avec la participation de responsables gouvernementaux et d’experts de 80 pays, dont le Maroc.

Des cadres et responsables du ministère de l’Intérieur, celui des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger et du Haut commissariat au Plan représentent le Maroc à ce Forum organisé durant deux jours par l’Organisation internationale pour les migrations en coopération avec l’Organisation de coopération et de développement économiques et l’Administration des affaires économiques et sociales de l’ONU.

Ce conclave des statisticiens doit examiner les innovations en matière de collecte de données et de renforcement des capacités des pays en développement à produire et améliorer les statistiques sur les migrations.

Il s’agit également de discuter des améliorations à apporter à la production et à l’utilisation des données sur les migrations et comment surmonter les défis rencontrés.

Des sessions sont également prévues en rapport avec “les défis liés à l’amélioration de la production et de l’exploitation des données sur les migrations”, “les initiatives mondiales sur les migrations et les besoins en matière de données, “l’opinion publique et les migrations”, “l’innovation en matière de données et les +Big Data+ au service des migrations”, outre “le renforcement des capacités en matière de données sur les migrations”.

Cette seconde édition du IFMS a pour objectif de mobiliser des experts dans de nombreux domaines, tels que la statistique, l’économie, la démographie, les technologies de l’information, pour améliorer la collecte et l’analyse des données sur la migration dans l’ensemble des pays du monde.

À LIRE  Le Maroc présente à Quito son plan national sur le pacte mondial pour les migrations

Aujourd’hui, il n’y a jamais eu autant de personnes vivant dans un autre pays que celui dans lequel elles sont nées. En 2019, le nombre de migrants dans le monde était d’environ 272 millions de personnes, soit 51 millions de plus qu’en 2010. Toutefois, la proportion de migrants au sein de la population mondiale n’est que légèrement plus grande, passant de 2,3 % en 1980 à 2,8 % en 2000.

Si de nombreux individus font le choix d’émigrer, de nombreux autres n’ont pas le choix. On dénombre 70 millions de personnes déplacées de force dans le monde, parmi lesquelles 26 millions de réfugiés, 3,5 millions de demandeurs d’asile et plus de 41 millions de personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays.

La première édition du Forum international sur les statistiques de la migration s’était tenue en janvier 2018 à Paris.

MAP-