Le Maroc dispose de multiples atouts à même de s’ériger en un hub dans le domaine numérique en Afrique, a affirmé, lundi à Pékin, le vice-président exécutif de la région Afrique du Nord du géant chinois de télécommunications «Huawei», Philippe Wang.

Présentant un exposé devant une délégation marocaine lors d’une visite d’un centre de services de «Huawei», M. Wang a indiqué que ces atouts sont la stabilité politique dont jouit le Royaume, le développement économique et les infrastructures avancées par rapport aux pays de la région, le potentiel de compétences, les sièges régionaux de multinationales, en plus du facteur démographique, de la diversité culturelle et de la maîtrise des langues.

Afin de s’imposer comme un hub leader dans le domaine des technologies numériques au niveau du continent africain, le Maroc doit œuvrer pour encourager les investissements directs étrangers dans le secteur, accélérer la transformation digitale dans les domaines industriels et promouvoir des opportunités d’emplois liés à ces nouvelles technologies, en plus de développer des capacités d’innovation et de compétences pour s’affirmer en tant que pôle d’innovation en Afrique, a-t-il énuméré, ajoutant que le Maroc doit également promouvoir davantage les échanges et les partenariats avec les économies régionales, développer l’industrie des TIC et les «technologies vertes».

Le responsable chinois a également passé en revue la coopération existante entre «Huawei» et le Maroc dans le domaine des télécommunications et de l’informatique, que ce soit avec des opérateurs du secteur ou avec des universités et des institutions publiques et privées, rappelant que «Huawei» est entré sur le marché marocain en 1999 et dispose d’un siège à Rabat avant d’ouvrir en 2018 un autre siège régional à Casablanca qui couvre l’Afrique du Nord.

À LIRE  Services marchands non financiers: 35% des patrons anticipent une hausse de l'activité au 4è trimestre 2019
Le Maroc est un hub dans le domaine du numérique en Afrique 1
Philippe Wang

Afin de s’imposer comme un hub leader dans le domaine des technologies numériques au niveau du continent africain, le Maroc doit œuvrer pour encourager les investissements directs étrangers dans le secteur, accélérer la transformation digitale dans les domaines industriels et promouvoir des opportunités d’emplois liés à ces nouvelles technologies, en plus de développer des capacités d’innovation et de compétences pour s’affirmer en tant que pôle d’innovation en Afrique.

A cet égard, M. Wang a souligné que «nous sommes un partenaire majeur de la transformation numérique avec tous les partenaires au Maroc, notant que l’entreprise chinoise coopère avec des acteurs clés du domaine des télécommunications, tels que “Inwi”,” Maroc Telecom” et “Orange” pour apporter des solutions et développer des services de télécommunications.

Il a mis en avant que «Huawei» est prêt à travailler avec ces partenaires dans le domaine des télécommunications pour lancer le réseau 5G au Maroc, soulignant la volonté du groupe à travailler avec le Maroc pour en faire un centre leader dans le domaine de la haute technologie au service de l’ensemble du continent africain.

Le responsable régional de «Huawei» a également rappelé la signature par l’entreprise des accords de coopération avec huit universités marocaines pour la formation de 12.000 étudiants en trois ans, et le lancement du programme «Seeds for the Future» (graines du Futur) qui consiste à permettre chaque année à 10 étudiants marocains, les plus méritants dans le domaine des TIC, de bénéficier d’un séjour d’un mois de formation dans les universités chinoises et les laboratoires de Huawei Technologies dans la ville de Shenzhen, en plus d’un accord en 2018 pour créer une plateforme numérique pour l’éducation.

À LIRE  Covid-19: Les cabines de désinfection des personnes interdites au Maroc

Et d’ajouter que le groupe coopère avec plusieurs autres partenaires, dont l’Office national des chemins de fer (ONCF) auquel Huawei fournit les technologies nécessaires aux services de communication de la Ligne à grande vitesse (LGV) via le réseau GSM-R, ajoutant que le groupe est «très fier d’avoir participé à ce grand projet».

M. Wang a relevé que la société, dont le siège social est implanté à Shenzhen en Chine, est un fournisseur majeur au niveau mondial des technologies des télécommunications, de l’information, des produits électroniques et du Cloud Computing et Big Data.

Huawei, a-t-il fait savoir, compte plus de 194.000 employés dont 96.000 spécialisés dans la recherche et l’innovation et dispose d’un large réseau de succursales implantées dans plus de 170 pays et régions à travers le monde.

M. Wang a également expliqué à la délégation qui a visité le Centre Huawei à Pékin en marge de l’inauguration par la RAM de sa première ligne aérienne directe Casablanca-Pékin, que le groupe a signé plus de 60 contrats pour déployer les services de la 5G dans plusieurs pays.

En 2018, le groupe Huawei a réalisé un chiffre d’affaires de 107 milliards de dollars, alors que son chiffre d’affaires durant les neufs premiers mois de 2019 a atteint 147 milliards USD, et ce malgré le conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine et les restrictions économiques américaines imposées à Huawei.

D’une superficie de 7.000 m2, le Centre Huawei présente les derniers services de technologies de l’information et de la communication, le cloud computing, les Smart solutions, en plus des appareils électroniques dont les Smartphones, les Smartwatchs, les ordinateurs et les tablettes.

MAP-