La transition démographique rime avec l’égalité entre les hommes et les femmes dans les pays du monde arabe, a indiqué mardi à Rabat le directeur de recherche en démographie de l’Institut national français d’études démographiques (INED), Youssef Courbage.

Dans sa conférence sous le thème « Transitions et contre-transition démographique dans le monde arabe, causes et conséquences », organisée par le Policy Center For The New South, l’expert a expliqué que la transition démographique dans la région arabe a permis à la femme, à l’instar de l’homme, d’avoir accès à l’éducation et de faire ses pas dans l’université, une dynamique qui lui a ouvert les portes à la vie professionnelle et politique.

Il a relevé à cet égard que la femme est aujourd’hui «beaucoup plus imposante dans le foyer familial, contrairement aux génération précédentes, où le père dominateur décidait de tout et où la mère s’effaçait»

« La transition démographique est assimilée à une maîtrise de la fécondité et donc à une émergence de la contraception », a analysé le chercheur d’origine syrienne, ajoutant que plus concrètement, c’est la personne concernée qui décide du nombre d’enfants qu’elle souhaite avoir, indépendamment de ses préceptes religieux ou politiques.

Dans le même contexte, il a noté qu’au Maroc, entre les années 1970 et 2005, l’indice de fécondité a considérablement baissé en passant de 7.2 enfants à 2.2 enfants par femme, alors que la mortalité a sensiblement reculé. Si dans les années 1950, l’espérance de vie dans les pays arabes n’était que de l’ordre de 40 ans, aujourd’hui elle atteint les 75 ans, soit une nette progression de près de 35 ans. L’augmentation de l’espérance de vie, a-t-il soutenu, permet aux retraités et personnes âgées « d’avoir des projets d’avenir, de voyager et de profiter de leurs loisirs ».

À LIRE  Peine de mort: Vernissage d’une exposition à Rabat à l’occasion de la Journée des droits de l’Homme

Le professeur a assimilé cette transition démographique au début d’une « transition démocratique » qui a toutefois lancé quelques défis persistants tels que le vieillissement de la population et la problématique de l’accès des femmes au marché du travail.

« Certains pays du monde arabe, notamment les plus peuplés, connaissent un renversement de la transition démographique : +une contre-transition+ », a fait observer le démographe, expliquant que ces pays enregistrent une reprise de la hausse de la fécondité et une augmentation remarquable du taux de natalité.

« Hormis le fait que la majorité des pays arabes, soit 10 sur 19, ont poursuivi leur processus de modernisation démographique et familiale, d’autres connaissent un retour à la famille traditionnelle, aux structures sociales rigides et à un régime autoritaire », a constaté Youssef Courbage.

Né en 1946, Youssef Courbage est diplômé en démographie et urbanisme des universités Sorbonne et Dauphine à Paris. Il s’intéresse notamment à l’étude des populations du monde, en particulier les pays arabes du Proche-Orient et d’Afrique du Nord, les anciennes et nouvelles minorités et les corrélats politiques, sociaux et économiques de la dynamique des populations.

Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont « Chrétiens et Juifs dans l’Islam arabe et turc » (Fayard 1992), « Le Rendez-vous des civilisations » (Seuil, 2007) ou encore « Palestine 2030-Demographic Change: Opportunities for Development » (UNFPA Palestine, 2016). MAP-