Le vernissage de l’exposition ‘’images de l’Andalousie’’ de l’artiste espagnol Francisco González a eu lieu, mercredi à la galerie Mohamed El Kacimi à Fès, en présence de nombreuses personnalités marocaines et étrangères du monde de l’art et de la culture.

Initiée par l’institut Cervantès, en partenariat avec la délégation régionale de la culture Fès-Meknès, cette exposition donne à voir une trentaine de toiles sur les secrets de la continuité des vestiges de l’Andalousie et sur la présence arabo-islamique.

Fès : Vernissage de l’exposition "images de l’Andalousie" de Francisco González 1

Tel un ‘’voyage nostalgique’’, cette exposition a été une occasion pour le public d’admirer l’architecture andalouse de la ville d’Al Zahra et la mosquée de Cordoue, mais aussi d’apprécier les points de brassage et de similitude entre l’art andalou dans la péninsule ibérique et l’art du design urbain dans d’anciennes villes marocaines, sur fond de musique andalouse.

S’exprimant à cette occasion, le directeur de l’Institut Crevantes de Fès, Miguel Angel San José Ribera, a souligné que la thématique de l’exposition parle d’elle-même, notant qu’elle aspire à rapprocher le public fassi d’un héritage qu’il partage avec l’Andalousie, tout en jetant la lumière sur les passerelles et les ressemblances profondes entre l’architecture des villes de Cordoue, Grenade et Fès.

Fès : Vernissage de l’exposition "images de l’Andalousie" de Francisco González 2

Ce genre de manifestation, a-t-il déclaré à la MAP, tend à revisiter l’histoire avec ‘’un horizon présent et futur’’, parce que le but est de ‘’consolider les ponts entre deux peuples qui partagent une mémoire pleine et longue’’.

L’artiste espagnol Francisco González est un photographe professionnel qui dirige, notamment, le département de photographie du journal ‘’El Diario de Cordoba’’. Il est spécialiste du portrait et de l’architecture. Francisco González essaie de développer une vision particulière des caractéristiques de l’architecture andalouse, en jouant sur la lumière et l’ombre dans la perspective de former une empreinte artistique spéciale.

À LIRE  Abdeljabbar Louzir, icône du théâtre marocain s’éteint à l’âge de 88 ans