Le gouvernement vise à développer le système de protection de l’enfance au Maroc, avec et grâce à la création de dispositifs territoriaux pour la protection de l’enfance.

S’exprimant lors d’une rencontre consacrée au lancement du dispositif territorial intégré de la protection de l’enfance (DTIPE), M. El Otmani a affirmé que le gouvernement vise à développer le système de protection de l’enfance au Maroc, ajoutant, à cet égard, que la création de dispositifs territoriaux pour la protection de l’enfance “s’inscrit dans le cadre du chantier de réforme et de gouvernance du système de la protection sociale entamé par le gouvernement”.

Les enfants nécessitent tout le soin et l’attention eu égard au nombre de contraintes qui “nous poussent à revoir les politiques et les programmes de manière à promouvoir l’enfance et la protéger”, a-t-il relevé, affirmant que la création du DTIPE ne vise pas élaborer de nouveaux programmes ou de nouveaux services mais plutôt à renforcer ceux déjà existants.

Et d’ajouter que ce programme adopte une approche juridique donnant la priorité aux intérêts suprêmes de l’enfant et aux principes d’équité, de non-discrimination, d’égalité et de contribution des enfants.

Dans ce contexte, le Chef du gouvernement a fait savoir que le programme de création des dispositifs territoriaux intégrés de la protection de l’enfance occupe une place prépondérante dans les programmes et activités relatifs à la mise en place des politiques publiques intégrées, eu égard à la finalité de ce programme qui consiste à tracer un parcours multi-étapes englobant la détection, l’aide immédiate, l’identification, en plus du suivi et de la prise en charge médicale, psychologique, juridique et sociale.

Le Maroc n’a pas été en mesure de résoudre certains problèmes qui entravent le protection sociale des enfants comme en témoignent, notamment, l’augmentation de la violence, des agressions et d’exploitation des enfants dans la mendicité, a déploré M. El Otmani, pour qui il s’agit de phénomènes “inacceptables”, d’où l’intérêt d’élaborer une nouvelle génération de programmes.

Le Chef du gouvernement a rappelé à cet égard le lancement officiel, en novembre à Marrakech, de l’initiative panafricaine pour des villes sans enfants en situation de rue, sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI et la présidence effective de SAR la Princesse Lalla Meryem, ainsi que le Plan d’action national pour la lutte contre l’exploitation des enfants à des fins de mendicité.

À LIRE  lutte contre ANALPHABÉTISME: PLUS D’UN MILLION DE BÉNÉFICIAIRES AU TITRE DE LA SAISON 2019-2020

Pour sa part, la ministre de la solidarité, du développement social, de l’égalité et de la famille Jamila El Moussali, a indiqué que le lancement du DTIPE est l’illustration de la volonté exprimée par tous les protagonistes lors des premières Assises nationales sur la politique publique intégrée pour la protection de l’enfance, organisée le 14 et 15 avril 2014 à Skhirat, et qui était une occasion importante pour la conception du document de la politique publique intégrée pour la protection de l’enfance.

Le lancement du DTIPE constitue une réponse profonde à l’initiative “campagne des villes africaines sans enfants de la rue”, lancée par SM le Roi Mohammed VI en novembre 2018, a poursuivi la ministre , ajoutant que l’objectif de la rencontre est d’œuvrer de manière collective en vue de lancer le dispositif territorial intégré de protection de l’enfance, en tant que cadre institutionnel public spécialisé dans le domaine de la protection de l’enfance.

Mme Moussali La ministre a également relevé que son département s’emploie avec les autorités locales au lancement d’un “secours social mobile” destiné aux enfants en situation de rue à Rabat, au cours des deux prochains mois.

Pour sa part, le procureur général du Roi près la Cour de Cassation, président du Ministère public, Mohamed Abdennabaoui, a affirmé, dans une allocution lue en son nom, que cette rencontre vise à concrétiser l’un des principaux objectifs de la politique publique intégrée élaborée par tous et qui consiste à lancer le DTIPE, afin de se doter d’un cadre institutionnel complet garantissant l’intervention et la coordination de tous les acteurs de ce domaine.

Le ministère public est un partenaire stratégique dans la mise en place des politiques publiques concernant la protection des droits de l’enfant, vue les spécialités juridiques qui lui sont attribuées dans les tribunaux, du fait qu’il est une partie principale dans les affaires de l’enfance en relation avec la loi, a-t-il fait savoir.

À LIRE  Covid-19: prescription de la chloroquine, une décision qui divise au Maroc

De son côté, la représentante du bureau de l’Unicef au Maroc, Giovanna Barberis, a félicité le Maroc pour cette étape “stratégique” dans la construction de son système de protection de l’enfance atteinte avec le lancement de cette première série de dispositifs territoriaux, ajoutant que le Maroc passe ainsi à un niveau supérieur pour ce qui est de la concrétisation des engagements pris.

“L’Unicef est ravi d’avoir accompagné et soutenu tout ce processus depuis sa genèse et à travers les différents étapes du développement de la politique publique intégrée de protection de l’enfance”, a-t-elle affirmé.

Par ailleurs, les enfants parlementaires représentant la région Rabat-Salé-Kénitra ont passé en revue le rôle joué par le Parlement de l’enfant depuis sa création en 1999, en matière de promotion des questions de l’enfance.

Cette rencontre, organisée en partenariat avec l’Union européenne et avec l’appui technique de l’Unicef, a été marquée par la diffusion d’une vidéo présentant le rôle et les objectifs du lancement des dispositifs territoriaux pour la protection de l’enfance.

En marge de cette réunion une convention de partenariat en matière de protection des droits de l’enfance a été signée, mardi à Rabat, entre le ministère de la solidarité, du développement social, de l’égalité et de la famille et l’Observatoire national des droits de l’enfant (ONDE).

Ce partenariat, signé par la ministre de la Solidarité, du développement social, de l’égalité et de la famille, Jamila El Moussali, et la Directrice Exécutive de l’ONDE, Lamia Bazir, vise à renforcer les services du Centre national d’écoute, de signalement et de défense des enfants victimes de violences et maltraitance à travers la mise en place d’un numéro vert et d’une plateforme électronique.