Le gouvernement espagnol, réuni en Conseil des ministres, a approuvé un accord pour le don irrévocable du grand théâtre Cervantès de Tanger au Maroc. Depuis les années 1970, son état de conservation a souffert de l’abandon et aucune administration espagnole n’a voulu investir dans sa réhabilitation.

Le théâtre Cervantes est désormais marocain 1

La cession du grand théâtre Cervantes au Maroc fait suite à une offre du gouvernement marocain de restaurer et gérer le théâtre en contrepartie d’en devenir le propriétaire, et d’un engagement de préserver le cachet espagnol dans la programmation culturelle de cette institution.

C’est une propriété d’une valeur architecturale et culturelle incontestable qui nécessite un fort investissement pour sa réhabilitation, un investissement que les différentes administrations espagnoles n’ont pas pu offrir, comme l’a rappelé l’Exécutif. Par conséquent, et après avoir étudié les options possibles pour sa mise en service, il a été décidé de poursuivre son cession au Maroc, répondant ainsi à l’offre du Gouvernement marocain de restaurer et de gérer le Théâtre en échange du transfert de sa propriété.

Nouveau propriétaire

Cette cession a été matérialisée par un protocole qui, par sa forme et son contenu, constitue un accord international. En vertu de cet accord, le don irrévocable sera soumis aux deux chambres du Parlement espagnol pour approbation.

Le gouvernement marocain acquiert l’engagement de maintenir une composante espagnole dans la programmation culturelle du théâtre, en procédant à la rétrocession du bien en Espagne au cas où la restauration du bien ne serait pas effectuée ou était destinée à des fins autres que celles convenues .

Le théâtre Cervantes

Le théâtre Cervantes de Tanger a été fondé en 1913, avant de devenir la plus grande scène d’Afrique du Nord.

À LIRE  TANGER MED:hausse de 38 % du trafic conteneurs du port de Tanger

C’est en 1903 que Manuel Peña Rodríguez arrive sur la terre nord-africaine. Cet ancien pêcheur de Cadix émigre à Tanger en quête de fortune. Il s’installe dans cette ville internationale où toutes les religions sont pratiquées. La destination n’est pas choisie au hasard car il rejoint le riche oncle de sa femme, Antonio Núñez Reina. Il continue alors son activité en mer de l’autre côté de la Méditerranée, et se lance quelques temps après dans la vente de sangsues médicinales. Elles sont récoltées dans un puits situé dans son jardin potager surnommé « la Huerta del Señor Frasquito el Sevillano ».

Le théâtre Cervantes est désormais marocain 2

A la mort de l’oncle d’Esperanza Orellana, le couple acquiert toutes les propriétés en tant que seuls héritiers. Une idée germe alors dans la tête de Manuel Peña Rodríguez. Il va monter un théâtre à Tanger. Pour faire plaisir à sa femme passionnée de théâtre et pour mettre la culture espagnole au cœur de la ville de Tanger, il entreprend des travaux sur le terrain du potager. L’ancien pêcheur devenu riche commerçant cherche à faire peser la culture de son pays dans une ville également occupée par les Français et les Britanniques.

Le théâtre Cervantes est désormais marocain 3

Près de la place de France qui donne sur la mer, le lieu est tout choisi pour accueillir un nouvel édifice ibérisant. En effet, c’est dans cette partie de la ville, en dehors des remparts, que des Franciscains ont construit la cathédrale catholique, des écoles et un hôpital. En 1911, Manuel Peña débourse donc 650 000 pesetas et charge l’architecte espagnol Diego Jiménez Armstrong de construire ce théâtre.

Le Gran Teatro Cervantes est inauguré le 11 décembre 1913 et il deviendra le lieu de vie incontournable des exilés espagnols et du reste de la communauté tangéroise. Il est à ce moment le plus grand théâtre d’Afrique du Nord et un lieu de promotion très important pour les artistes de la péninsule jouxtant le Détroit.

À LIRE  Les « Produits du terroir et de l’élevage » à l’honneur au Salon Agri Days Essaouira

Les plus grandes vedettes de la chanson viennent au Cervantes pour rencontrer leur public hispano-marocain. On peut citer la venue des chanteuses de copla Carmen Sevilla, Imperio Argentina, Juanita Reina, Lola Flores… Il y eut également Antonio Molina, le chanteur de flamenco Manolo Caracol et le Cubain Antonio Machín. C’est d’ailleurs en venant jouer à Tanger en 1947 et en rencontrant les Espagnols ayant fui le franquisme que Juanito Valderrama composera sa plus grande chanson, “El Emigrante” (l’émigré).

Le théâtre Cervantes est désormais marocain 4
le théâtre cervantes tanger

Le Maroc et l’Espagne qui souhaitaient tous les deux trouver un accord pour sauver les lieux ont mis un temps très long à négocier. L’Espagne refusant de payer pour un lieu en dehors de ces terres a préféré léguer le Cervantes en 2015. Mais cette décision prise, il a fallu se mettre d’accord sur les termes du projet, l’Espagne souhaitant garder un œil sur la programmation. Le gouvernement voulait aussi céder le Cervantes seulement si la ville faisait un effort pour réhabiliter le quartier alentour. Depuis la décision, rien n’a évolué et le théâtre attend son heure. Les élections et le retard dans la formation du nouveau gouvernement espagnol ont d’abord interrompu la signature de l’accord. Ensuite, la même longue mise en place du gouvernement a été vécue du côté marocain.

L’Espagne adopte finalement le don irrévocable du théâtre Cervantes de Tanger au Maroc