Après l’ouverture de six consulats et l’organisation d’une compétition de la Coupe d’Afrique des Nations, le Maroc organise pour la première fois vendredi un forum diplomatique au Sahara, avec une douzaine d’Etats insulaires du Pacifique.

Les débats dédiés au changement climatique se tiennent à Laâyoune, la plus grande ville des provinces du sud, territoire contesté par le Front Polisario, soutenu par l’Algérie.

Le choix de Laayoune porte « une très forte charge symbolique », a souligné le ministère marocain des Affaires étrangères .

Le Maroc, qui contrôle environ les deux-tiers du territoire désertique, veut une « autonomie sous contrôle », alors que le Polisario milite pour l’indépendance et réclame un référendum d’autodétermination.

Depuis décembre, les Comores, Sao Tomé-et-Principe, la Gambie, la Guinée, le Gabon et la Côte d’Ivoire ont ouvert des représentations diplomatiques à Laâyoune ou à Dakhla, le grand port de pêche situé plus au sud.

Fin janvier, la Coupe d’Afrique des nations de futsal a été organisée à Laayoune. Quelques jours plus tôt, le Parlement marocain adoptait deux lois intégrant les eaux du Sahara occidental dans l’espace maritime du royaume.

Le Maroc a déjà accueilli deux forums avec les Etats insulaires du Pacifique en 2012 et 2015 à Rabat.

En 2016, le roi Mohamed VI, avait offert de prendre en charge les frais de voyage et de séjour des représentants des Etats insulaires du Pacifique pour faciliter leur participation à la Conférence mondiale sur le climat (COP22) organisée à Marrakech.

« C’est dans ce contexte que les Etats insulaires du Pacifique appuient les efforts de l’ONU pour trouver une solution politique négociée et durable au conflit artificiel autour du Sahara marocain et accueillent favorablement le plan marocain d’autonomie », souligne le communiqué du ministère des Affaires étrangères.

À LIRE  DGSN : INTERPELLATION À TANGER D’UN INDIVIDU POUR TENTATIVE DE DÉTOURNEMENT D’UN MINEUR DE 11 ANS

Dans un discours, prononcé, en son nom, à l’ouverture du forum, par Mohcine Jazouli, ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’Étranger, Bourita a, dans ce contexte, rappelé que « l’engagement du Royaume du Maroc tire sa force de l’importance que donne Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’Assiste, à la coopération Sud-Sud », notant que cette dernière « a été, et restera la pierre angulaire de la politique étrangère du Maroc, en tant que choix constant, visant la consolidation des relations avec les pays amis dans l’hémisphère sud, sur la base du lancement d’initiatives novatrices, dont l’objectif cardinal est la promotion de la solidarité mutuelle ».

« Parallèlement à son engagement en vue de la consolidation de cette option dans les zones géographiques auxquelles il appartient, à savoir l’Afrique et le Monde arabe, le Royaume du Maroc, a souligné le ministre, accorde une attention toute particulière à la diversification et à la consolidation de ses relations avec les pays du Sud, notamment les Etats Insulaires en développement, qui maintiennent une coopération effective et solidaire avec le Maroc aux niveaux bilatéral et multilatéral »

MAP-