BEI: En marge de la Journée de l’Afrique organisée à Dakar, la Banque européenne d’investissement a annoncé 63 millions d’euros de nouveaux financements pour soutenir l’essor des entreprises africaines, notamment via le microcrédit.

« Nous renforçons visiblement et ostensiblement notre activité en Afrique. » C’est avec ces mots que Werner Hoyer, le président de la Banque européenne d’investissement (BEI), a commenté la présentation des nouveaux engagements de son institution sur le continent.

Depuis la capitale sénégalaise, où la BEI a co-organisé avec ONU-Habitat le jeudi 27 février la Journée de l’Afrique (Africa Days), la banque publique des 27 États membres de l’Union européenne (UE), a signé trois nouveaux partenariats en faveur du secteur privé pour un montant de 63 millions d’euros.

En renforçant les entreprises africaines en milieu urbain comme rural, les investissements européens veulent accélérer la création d’emplois. « Pour réussir le pari du dividende démographique, il nous faut absolument relever le défi de l’emploi des jeunes », a souligné le président sénégalais, Macky Sall, en ouverture de la Journée de l’Afrique consacrée à la ville durable.

Soutenir l’entrepreneuriat féminin et la microfinance
L’annonce de ces engagements intervient dans un contexte de renforcement des relations Afrique-Europe. L’événement dakarois se tient en même temps que l’ouverture d’un sommet Union africaine (UA) – UE à Addis-Abeba, marquant la deuxième visite en Éthiopie de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, depuis sa prise de fonction début décembre. Et juste après l’entrée de la BEI dans l’Alliance Sahel, officialisée en marge du 6e sommet ordinaire des chefs d’Etat du G5 Sahel à Nouakchott le 25 février.

À LIRE  Le gouvernement accordera 5MMDH supplémentaires à l’éducation et à la santé en 2021

« Les trois projets reflètent les trois priorités de l’Europe en Afrique, le soutien à entrepreneuriat féminin, le développement de la microfinance notamment en milieu rural et l’appui au secteur privé innovant », a déclaré Ambroise Fayolle, le vice-président de la BEI en charge de l’Afrique subsaharienne.