L’ambassadeur du Maroc auprès des Nations-Unies à New York, Omar Hilale, a souligné, devant le Conseil de sécurité, l’impératif de s’attaquer aux causes profondes du terrorisme en Afrique, étant donné que ce phénomène est porteur de conséquences désastreuses pour la stabilité politique et le développement économique et social du continent.

Intervenant lors d’un débat organisé par le Conseil sur le thème « Paix et sécurité en Afrique: lutter contre le terrorisme et l’extrémisme en Afrique », Omar Hilale a relevé que les terroristes, en particulier dans la région du Sahel, s’attaquent davantage aux infrastructures critiques et aux cibles vulnérables, telles que les écoles et les hôpitaux, causant des conséquences désastreuses à la stabilité politique et le développement économique et social des pays africains.

Bien plus, les séparatistes et les groupes armés non-étatiques, en particulier ceux dont les liens avec les groupes terroristes sont avérés, représentent une réelle menace à la paix et à la sécurité, a fait observer l’ambassadeur, ajoutant qu’en répandant la peur, la haine et les divisions au sein des communautés, les terroristes visent à inciter à la violence et à créer un vide qu’ils espèrent pouvoir exploiter.

« C’est pourquoi il est impératif de s’attaquer aux causes profondes qui poussent les populations à se joindre aux terroristes », a insisté Omar Hilale.

Conscient de l’impact de la prolifération des menaces transnationales liées au terrorisme sur la sécurité et la stabilité, le Maroc s’est résolument engagé en faveur de la promotion d’une approche globale et cohérente à ce fléau, qui conjugue de manière complémentaire et intégrée, la dimension sécuritaire et militaire, la réalisation du développement économique et humain, la préservation de l’identité culturelle et cultuelle et la coopération internationale et régionale, a-t-il affirmé.

À LIRE  Chefchaouen: Un incendie ravage 300 ha de forêt

L’approche du Maroc, a expliqué l’ambassadeur, s’inscrit en droite ligne avec les orientations de la politique africaine voulue par le Roi Mohammed VI, prônant l’émergence d’un nouveau modèle de coopération Sud-Sud à la fois agissante et solidaire.

Et de préciser que cette approche ambitionne de renforcer la résilience face à la nature complexe et multidimensionnelle des défis auxquels le continent est confronté. Elle est, enfin, basée sur un socle de principes et de valeurs, faisant de l’intégration et la solidarité continentales et interrégionales des éléments clé pour répondre aux mutations opérantes au sein du continent africain, a ajouté Omar Hilale.

A cette fin, le Maroc a toujours plaidé, avec détermination, en faveur du développement économique et humain du continent africain, a-t-il fait remarquer, soulignant que cette dimension est fondamentale pour rendre irréversible la stabilité du continent et la pérennisation de la paix.

L’ambassadeur a relevé que c’est dans ce contexte que le Maroc a fait le choix réfléchi de promouvoir et de s’investir, avec force et conviction, dans des projets tangibles et concrets au bénéfice de plusieurs pays africains frères.

Ces projets, à caractère structurel, ambitionnent de cibler les populations les plus défavorisées dans le cadre d’une démarche inclusive et participative, a-t-il précisé, ajoutant qu’ils s’accompagnent du lancement de plusieurs partenariats public-privé et d’investissements considérables couvrant des domaines aussi divers que variés tels que la finance, la banque, l’assurance, les télécommunications, les infrastructures et les mines, l’aménagement urbain, et le logement social.

En plus du développement socio-économique, le Maroc a toujours prôné la préservation de l’identité cultuelle et culturelle du citoyen africain, a rappelé l’ambassadeur, soulignant que ce levier est essentiel pour contrer l’instrumentalisation éhontée du référentiel spirituel authentique nourrissant et justifiant indûment les manifestations violentes de l’extrémisme et la propagation de l’obscurantisme.

À LIRE  Tourisme en Afrique: "profitons du réveil du géant endormi"

Ainsi, le Maroc s’est investi, sous le leadership du Roi Mohammed VI, Commandeur des Croyants, dans la protection et la promotion de l’Islam modéré, tolérant et ouvert, prévalant historiquement dans la région, a fait observer M. Hilale, précisant que dans ce contexte, l’Institut Mohammed VI de formation des Imams prédicateurs et prédicatrices a formé 1754 Imams de plusieurs pays africains.

Il a également rappelé que le Maroc a mis en place la Fondation Mohammed VI pour les Oulémas africains, avec pour objectif principal d’unifier et de coordonner les efforts des Oulémas musulmans des Etats de l’Afrique, pour la promotion, la diffusion et la consolidation des valeurs de tolérance consacrées par l’Islam.

MAP-