Les frontières se ferment une à une, près de 100 millions d’Européens désormais confinés : les dirigeants de l’UE en viennent à prendre des mesures de plus en plus drastiques pour tenter d’enrayer la propagation de l’épidémie du Covid-19. Samedi 14 mars, l’Espagne a également décidé de mettre à l’isolement la quasi-totalité de ses habitants.

Après l’Italie, l’Espagne, deuxième pays le plus touché d’Europe, a pris une décision radicale samedi 14 mars : la totalité de la population est en quarantaine quasi-totale. L’état d’alerte y a été décrété pour 15 jours et les Espagnols ont le droit de sortir uniquement pour s’approvisionner ou se faire soigner.

Annulation de la Semaine sainte

Plusieurs villes, dont Séville ont annulé les processions de la Semaine sainte, début avril, qui attirent en général des dizaines de milliers de touristes du monde entier. Même son de cloche au Vatican : les célébrations pascales se dérouleront sans les fidèles.

Le rideau est baissé pour les restaurants, bars, discothèques, cinémas, écoles et universités en France et au Luxembourg. Aux Pays Bas, même les maisons closes et les coffee-shops sont concernés et en Irlande, les pubs ferment dès lundi 16 mars au soir.

En Autriche, il est interdit de se rassembler à plus de cinq et la population est appelée à limiter ses déplacements au strict nécessaire. Les policiers y patrouillent les rues et peuvent infliger des amendes aux récalcitrants.

« Situation de catastrophe »

En Allemagne, où les frontières sont partiellement fermées, plusieurs régions prennent des mesures pour restreindre les déplacements. En Bavière, les autorités ont l’intention de décréter une « situation de catastrophe » pour pouvoir mobiliser des moyens supplémentaires, comme le recours à l’armée dans les hôpitaux.

À LIRE  COVID-19: FERMETURE DES MOSQUÉES AU MAROC

L’état d’urgence a été décrété en Serbie, où le président Aleksandar Vucic a expliqué qu’il « fermait la vie pour sauver la vie ».