L’Italie a enregistré 427 décès ces dernières 24 heures, devenant le pays le plus touché par la pandémie. Le gouvernement envisage de prolonger le confinement jusqu’en mai et de durcir les restrictions.

Triste record pour l’Italie dans sa lutte contre le coronavirus. Elle a dépassé jeudi soir la Chine en nombre de victimes du Covid-19, avec 427 décès en 24 heures pour atteindre un total de 3 405, selon les chiffres officiels. Selon France TV Rome, le chef du gouvernement italien, Giuseppe Conte, envisage des mesures plus dures et une quarantaine prolongée jusqu’à mai.

L’Italie devient ainsi le premier pays pour le nombre de morts dus à l’épidémie, devant la Chine (3 245), l’Iran (1 284) et l’Espagne (767). L’Italie avait recensé officiellement ses deux premiers morts le 22 février.

Il y a une semaine, l’Italie comptait 1 016 morts : leur nombre a plus que triplé. Le pays enregistre 56 morts par million d’habitants, devant l’Espagne avec 16 morts par million. La Chine enregistre, elle, 2,2 morts par million d’habitants. Plus des deux tiers des morts recensés en Europe depuis le début de la pandémie sont décédés en Italie.

La Lombardie, région qui inclut Milan, capitale économique du pays, reste la région italienne la plus touchée avec près de 20 000 cas et 2 168 morts, suivie par l’Emilie-Romagne (région de Bologne, 5 214 cas et 531 décès) et la Vénétie (région de Venise, 3 484 cas et 11 décès).

En outre, depuis plusieurs jours, le Piémont (région de Turin, au nord-est) connaît une augmentation significative de son nombre de cas, qui a doublé depuis le 16 mars pour attendre 2 932 cas (dont 115 morts).

À LIRE  Covid-19: 131 nouveaux cas au Maroc, 3.889 au total

Le pic de l’épidémie se rapproche

Plusieurs élus des régions du nord, où la contagion progresse encore fortement, estiment que si elle ne ralentit pas dans les prochains jours, il faudra prévoir des mesures encore plus rigides comme l’interdiction de faire du jogging.

Le gouverneur de Vénétie, Luca Zaia (Ligue, extrême droite), a estimé mardi que, pour faire respecter le confinement, le traçage des déplacements des individus à travers leur téléphone mobile « est une excellente solution », même s’il admet que cela pose un problème de respect de la vie privée.