Le Groupe de la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI) ont appelé, mercredi à la suspension des paiements des dettes des pays pauvres emprunteurs de l’Association internationale de développement (IDA) pour leur permettre de répondre à la pandémie de coronavirus.

COVID-19: Le FMI et la Banque mondiale appellent à la suspension du paiement de la dette des pays pauvres 1

« Avec effet immédiat – et conformément aux lois nationales des pays créanciers – le Groupe de la Banque mondiale et le FMI appellent tous les créanciers bilatéraux officiels à suspendre les paiements de la dette des pays IDA qui demandent un sursis », ont annoncé les deux institutions financières basées à Washington dans un communiqué conjoint.

Cette mesure, explique le communiqué, « permettra de répondre aux besoins immédiats de liquidité des pays IDA pour relever les défis posés par l’épidémie de coronavirus et donnera le temps d’évaluer l’impact de la crise et les besoins de financement de chaque pays ».

« Nous invitons les dirigeants du G20 à charger le GBM et le FMI de procéder à ces évaluations, notamment d’identifier les pays dont la dette n’est pas viable et de préparer une proposition d’action globale par les créanciers bilatéraux officiels pour répondre aux besoins de financement et d’allégement de la dette des pays emprunteurs de l’IDA. Nous demanderons l’approbation de la proposition au Comité de développement lors des Réunions printanières (16-17 avril) », précisent les deux institutions.

« Le Groupe de la Banque mondiale et le FMI estiment qu’il est impératif en ce moment de fournir un sentiment de répit général aux pays en développement ainsi qu’un signal fort aux marchés financiers », souligne-t-on. Selon le FMI et la Banque mondiale, l’épidémie de coronavirus est susceptible d’avoir de « graves conséquences économiques et sociales » pour les pays IDA, qui comptent un quart de la population mondiale et les deux tiers de la population mondiale vivant dans l’extrême pauvreté.

À LIRE  Le Maroc a bien avancé dans l’instauration des conditions d’une croissance “plus élevée et plus inclusive”

L’Association internationale de développement est l’institution de la Banque mondiale qui aide les pays les plus pauvres de la planète. Fondée en 1960, elle vise à réduire la pauvreté en accordant des prêts et des dons destinés à des programmes de nature à stimuler la croissance économique, à réduire les inégalités et à améliorer la vie des plus démunis.