Le Conseil régional Rabat-Salé-Kénitra de l’Ordre national des médecins a annoncé le 25 mars mettre quatre cliniques privées à la disposition de l’État. La section régionale de l’Ordre s’engage également à équiper ces structures en cas de besoin.

Les médecins du secteur privé s’engagent aux côtés de l’État dans la lutte contre la pandémie de coronavirus. Dans une missive adressée aux médecins de la région de Rabat-Salé-Kénitra, la section régionale de l’Ordre national des médecins annonce la mise à disposition de quatre cliniques privées au profit de l’État. L’organisation professionnelle s’engage également, au nom de ses adhérents, à fournir les structures en équipements en cas de besoin.

« Le secteur privé, médecins et cliniques se met donc à la disposition du ministère de la Santé et des citoyens pour apporter sa contribution et accomplir son devoir national », fait valoir l’Ordre national des médecins du Maroc..

A ce propos, et en présence des représentants du conseil régional de Rabat-Salé-Kenitra et ceux de l’Association des cliniques privées de Rabat et régions, le Dr. Hassan Afilal et Dr. Karim Tazi, respectivement président et vice-président, ont conclu à la mise à disposition de l’Etat de quatre cliniques.

Les structures concernées sont trois cliniques du Dr. Karim Tazi à savoir la clinique du Regard et de la Silhouette, la clinique internationale de Rabat et la clinique Souissi. Pour la quatrième clinique, il s’agit du centre de Réanimation néonatale et pédiatrique du Dr. Hassan Afilal.

Pour les autres cliniques de la région, l’Ordre s’engage à équiper les structures mises à la disposition du ministère de la Santé, et à mettre à disposition les locaux en cas de besoin.

À LIRE  Perturbation du transport aérien aux Canaries: Madrid salue le soutien et la solidarité du Maroc

A cet effet, un Comité a été mis en place pour la visite des cliniques afin de déterminer les besoins et veiller à ce que l’accueil des patients se fasse dans les meilleures conditions.

L’Ordre des médecins du Maroc indique pareillement que « le conseil de l’ordre a reçu des demandes que ce soit par écrit ou par téléphone, par un bon nombre de médecins du secteur privé, toutes spécialités confondues pour se porter volontaires et joindre leurs efforts à ceux de leurs confrères des secteurs public et militaire, que ce soit pour accueillir ou prendre en charge les patients suspects ou positifs au Covid-19 ».