Presque la moitié des habitants de la terre est confinée. Les rues et les routes sont vides, les industries en bernes, le monde connaît une baisse inédite de sa pollution atmosphérique. Le Maroc aussi a vu la qualité de son air s’améliorer après les mesures d’isolement sanitaire.

Selon des données fournies par la service de la qualité de l’air à la Direction de la météorologie nationale (DMN), une diminution de concentration des principaux polluants mesurés a été remarquée.

La baisse est d’autant plus remarquable en ce qui concerne la pollution liée à la circulation routière. En effet, le taux de diminution des polluants issus des émissions du trafic routier s’enregistre entre 30 et 60%, explique la DMN. Il s’agit principalement du dioxyde d’azote (NO2), le monoxyde de carbone (CO) et les particules fines dont le diamètre ne dépasse pas 10µm (PM10).

Quant aux polluants résultant des activités industrielles (comme le dioxyde de soufre (SO2)), leur concentration a diminué entre 10 et 30%.

La baisse de la pollution se constate à échelle nationale, observée dans toutes les stations de mesure de la qualité de l’air dans le royaume.

À LIRE  Les barrages marocains remplis à 39,7%