L’Eurogroupe a suspendu mercredi matin sa réunion débutée la veille en vue de préparer la riposte économique de l’Union européenne (UE) à la crise du coronavirus faute d’accord entre les argentiers des Etats membres qui reprendront les discussions jeudi.

“Après 16 heures de discussions, nous sommes proches d’un accord, mais nous n’y sommes pas encore”, a annoncé le président de l’Eurogroupe Mario Centeno sur son compte Twitter.

“J’ai suspendu l’Eurogroupe pour continuer demain, jeudi. Mon objectif demeure un filet de sécurité européen solide contre les retombées du Covid19 pour protéger les travailleurs, les entreprises et les pays, et s’engager dans un plan de relance important”, a ajouté le chef de cette assemblée informelle rassemblant les ministres des Finances de la zone euro.

Avant le début de la réunion tenue par visioconférence, M. Centeno avait exhorté les ministres européens des Finances à convenir d’une réponse économique “audacieuse” à la pandémie du coronavirus.

“Nous avons besoin d’un plan européen de grande envergure à même de protéger ceux qui sont le plus affectés par cette crise”, avait-il dit.

Le 26 mars dernier, les 27 chefs d’Etat et de gouvernement de l’UE avaient donné quinze jours à leurs ministres des Finances pour trouver une riposte économique commune face à la crise.

Parmi les solutions envisagées, figure celle des “coronabonds”, un emprunt commun aux 19 pays de la zone euro. Cette solution, souhaitée notamment par la Belgique, l’Italie, l’Espagne, la France et cinq autres pays, divise les Européens.

Réclamée depuis longtemps par les pays du sud de l’Europe, comme l’Italie, la mutualisation des dettes des pays européens est rejetée particulièrement par les pays du nord comme les Pays-Bas et l’Allemagne.

À LIRE  L’Université Al Akhawayn obtient 1,2 million de dollars du Département d’Etat américain