Le sort des ressortissants marocains bloqués dans divers pays étrangers depuis le 15 mars dernier était au cœur de la réunion, tenue jeudi 23 avril, de la Commission des affaires étrangères, de la défense nationale, des affaires islamiques et des Marocains résidents à l’étranger.

Présent à cette réunion, Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger a indiqué que toutes les représentations diplomatiques marocaines sont mobilisées pour atténuer les effets de cette épreuve pour les marocains bloqués à l’étranger, notamment à travers l’allocations d’aides aux catégories qui sont le plus dans le besoin.

D’après les données du ministère, ce sont plus de 22.000 ressortissants marocains qui, à ce jour, sont entrés en contact avec les différentes représentations diplomatiques du Royaume.

Abordant les prérequis du rapatriement des Marocains bloqués, M. Bourita a relevé que “l’opération doit se faire dans les meilleures conditions sans risque pour les bénéficiaires eux-mêmes, ni pour leur pays”.

Le Maroc, a-t-il assuré, œuvre “à mettre en place le plus tôt possible les conditions d’un tel retour pour peu que le dispositif sanitaire soit prêt pour les accueillir”. “L’essentiel n’est pas le timing, mais l’impact d’une telle démarche sans surenchère et sans précipitation”, a expliqué le ministre.

Le sens de la responsabilité, a relevé M. Bourita, exige d’avoir une vision globale pour gérer au mieux progressivement ce dossier dans ses différentes phases compte tenu des divers aspects, y compris ceux logistique et sanitaire.
Prié de dire si le ministère dispose de ressources suffisantes pour un tel dossier, le responsable gouvernemental a affirmé que le département a prévu les moyens de gérer la période à venir à court terme et augmenter le nombre de bénéficiaires de cette opération.

À LIRE  FAIRE LE TOUR DU MONDE POUR LA PAIX, UN MAROCAIN PART À VÉLO

“Nous mettons en œuvre une approche globale loin de la logique catégorielle, dans le sens de l’anticipation et de la prévention de manière à éviter toute marche-arrière dans le combat contre la propagation du coronavirus”, a-t-il insisté.
Sur le terrain, les services du ministère continueront à venir en aide aux Marocains bloqués à l’étranger dans le contexte de cette crise inédite.
Le Maroc avait annoncé la fermeture de ses frontières, aériennes et maritimes, dès le 12 mars pour faire face à la propagation de la pandémie du coronavirus dans le monde.

Aujourd’hui, près de 3600 marocains sont totalement pris en charge en termes d’hébergement, d’alimentation et d’autres services, a précisé le ministre.

MAP-