Changement majeur dans les règles d’attribution de ces terres agricoles en cas de décès de l’attributaire. Assouplissement des conditions d’octroi et assainissement des situations bloquées.

L’Exécutif a examiné et adopté le projet de loi n° 63.18 modifiant et complétant la loi relative à l’attribution à des agriculteurs, des terres agricoles ou à vocation agricole faisant partie du domaine privé de l’État (Dahir de 1972), lors de sa réunion hebdomadaire.

Selon Said Amzazi, porte-parole du gouvernement, le texte présenté par le ministre de tutelle, Aziz Akhannouch, a été approuvé “après avoir pris en considération les remarques soulevées à son sujet”. L’objectif de la loi, qui concerne surtout les petits agriculteurs et s’applique aux lots de terrains situés en dehors du périmètre urbain, est de “libéraliser le secteur de la réforme agraire de toutes les obligations et charges, et partant, d’assainir ce secteur de manière définitive”.

Ce que dit le projet de loi

Le projet de loi apporte une disposition phare: il permettra aux héritiers de l’attributaire de se subroger à lui conformément aux règles de la succession, au lieu d’attribuer la terre agricole à un seul héritier comme le prévoit la loi en vigueur.

L’article 2 du projet prévoit trois cas de figure, tous se rapportant aux héritiers:

  • En cas de décès de l’attributaire du lot, la propriété dudit lot et les biens d’équipement nécessaires à son exploitation se transmettent directement à ses héritiers, conformément aux règles de l’héritage.
  • Si un contrat de vente n’a pas été conclu avec le bénéficiaire décédé, il est conclu avec ses héritiers.
  • Si la personne décédée n’a pas d’héritiers, l’Etat reprend le lot et les biens d’équipement nécessaires à son exploitation et ledit lot ne sera plus soumis aux dispositions de la présente loi.
À LIRE  Aid Al Adha: une série de mesures pour l’organisation de l’opération de sacrifice

A noter que, de manière générale, l’attribution de ces terres se fait en vertu d’un contrat de vente entre l’Etat et l’attributaire. Pour ce dernier, l’acquisition du lot implique le paiement d’un prix.

Le projet de loi, qui contient 5 articles, prévoit également d’exonérer les attributaires du paiement du “reliquat du prix fixé dans le contrat de vente et des intérêts y afférents”. Cette disposition concerne les agriculteurs attributaires de lots de terrains agricoles ou à vocation agricole ayant passé un contrat de vente avec l’Etat avant la publication du projet de loi au Bulletin officiel.

Le texte propose enfin un dispositif simplifiant les conditions d’octroi pour régulariser les situations administratives et juridiques de “certains cas bloqués”. Il s’agit enfin de lever certains “obstacles et obligations” qui pèsent sur les bénéficiaires.

Grâce à ces nouvelles dispositions, les héritiers de l’attributaire pourront désormais se subroger à lui, conformément aux règles de la succession, au lieu d’attribuer la terre agricole à un seul héritier, tel que le disposait l’ancien texte.

D’après l’ancien texte désormais caduc, en cas de décès du bénéficiaire, le lot de terrain agricole était “réattribué à l’un des héritiers”, ou restitué à l’État qui lui, l’attribue “à un autre bénéficiaire en dehors des héritiers, si ces derniers ne remplissent pas certaines conditions, ou s’ils ne présentent pas des demandes d’attribution dans les délais, ou encore, en cas d’absence d’héritiers”.