L’Union européenne (UE) et le Maroc ont signé le 19 mai une une nouvelle convention de financement de 100 millions d’euros dans le secteur de la santé.

Mohamed Benchaâboun, ministre de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’Administration publique, Pr Khalid Ait Taleb, ministre de la Santé, et Claudia Wiedey, Ambassadrice de l’Union européenne au Maroc ont signé le 19 mai 2020 une nouvelle convention de financement dans le secteur de la Santé.

Portant sur 1,1 milliard de DH (100 millions d’euros), cette convention porte sur le financement des activités sanitaires dans le contexte de la crise du COVID-19, ainsi que l’ambitieux plan de réforme porté par le Ministère de la Santé sur le moyen terme.

Ce financement tend à soutenir également les futures solutions post-crise COVID-19, en contribuant à rendre le secteur de la santé plus résilient face aux éventuelles crises sanitaires futures.

Tout en saluant les très importants efforts déployés ces dernières semaines par l’ensemble du personnel de santé, Claudia Wiedey, Ambassadrice de l’Union européenne, a souligne que « Cette convention est une partie de l’appui d’urgence de l’UE pour lutter contre la pandémie COVID-19. Je suis très heureuse de constater que cette lutte commence à porter ses fruits, grâce à l’implication de toutes et tous. Notre partenariat dans le secteur de la santé, qui date de plus de vingt ans, sera à la hauteur des enjeux».

Ce programme a pour but de soutenir notamment trois priorités fortes du plan santé 2025 : l’amélioration de la qualité et de la sécurité des soins, l’accompagnement dans la gestion humaine et financière du système hospitalier ainsi que l’appui à la mise en œuvre de la territorialisation des services de santé. Cet appui budgétaire comprend également un volet de soutien aux femmes et enfants victimes de violences.

À LIRE  COVID-19: la France officiellement en état d’urgence sanitaire

D’autre part, un complément sera dédié à la mise en place d’une assistance technique pour renforcer les capacités du système national de santé dans la préparation, la gestion et la riposte aux crises sanitaires. Ces fonds seront également destinés à l’acquisition de matériels, d’équipement biomédical, et de dispositifs médicaux nécessaires pour agir face à ces crises.