L’Alliance des Economistes Istiqlaliens (AEI) appelle le gouvernement à adopter, en urgence, un plan de sauvetage de l’écosystème du tourisme et de l’artisanat ainsi que les millions d’emplois qui le composent. L’alliance propose ainsi un plan d’action stratégique.

L’AEI a insisté sur l’importance de prendre des mesures courageuses, significatives et accessibles aux bénéficiaires, permettant de sauvegarder les entreprises, toutes tailles confondues, de préserver les emplois et de soutenir les personnes et ménages les plus vulnérables qui seront fortement touchés par cette crise, notamment ceux qui n’ont pas de revenus réguliers (travailleurs indépendants, journaliers, auto-entrepreneurs, petits commerces, artisans, etc.) et ceux obligés de travailler dans l’informel.

Dans ce sens, l’Alliance a scindé ses propositions en trois catégories de mesures.

Il s’agit dans un premier temps de restaurer la confiance et aider les entreprises, notamment les PME, les TPE et les artisans, à survire et à préserver les emplois à travers 10 principales actions. Il est proposé de reporter les échéances fiscales (IS, IR, Droits de Douane) dues par les PME et TPE, ainsi que par toutes les entreprises des secteurs affectés par la crise, jusqu’à la reprise normale de l’activité.

L’AEI appelle à la suspension immédiate des ATD instruites au profit de du fisc et de la CNSS et proposer des solutions amiables et sans majorations aux créanciers.

La troisième mesure concerne le report des délais, simplifier et clarifier davantage les déclarations fiscales rectificatives prévues dans le cadre de la loi de finances 2020.

Le gouvernement est appelé à offrir un abattement de 50% des charges sociales et fiscales sur salaires au titre des deuxième et troisième trimestres 2020 à toute entreprise des secteurs affectés, s’engageant à préserver ses emplois.

L’Alliance recommande l’activation du remboursement des crédits de TVA aux entreprises pour soulager leur trésorerie et l’accélération des paiements des décomptes et attachements liés à l’exécution des marchés et commandes publics, et simplifier la procédure de report de délais, en cas d’arrêt des chantiers ou de non-livraison des commandes, pour cas de forces majeures liées à cette circonstance.

À LIRE  Le pèlerinage à la Mecque maintenu avec un « nombre très limité » de fidèles

Elle propose de reporter, sans intérêts, les échéances de crédit bancaire et de leasing dues au titre de cette période mais également les paiements des redevances dues par les PME concernant l’eau, l’électricité, et les télécoms.

Autre proposition tout aussi importance, inciter les salariés les plus fragiles (maladies chroniques telles que l’hypertension, les maladies cardiovasculaires, le diabète, le cancer, les insuffisances rénales, etc.) à rester chez eux, et prendre en charge leurs salaires et frais médicaux à travers l’assurance maladie selon les procédures en vigueur. De même qu’il faut permettre aux mères, ou pères de familles, obligés de rester à domicile, avec leurs enfants, soit de travailler à domicile, quand c’est possible, soit de bénéficier d’une indemnité équivalente à l’assurance maladie et versées par la CNSS dans ce cadre.

La deuxième catégorie de mesures concerne le lancement des actions de solidarité au profit des activités directement touchées par les fermetures et des ménages vulnérables ne bénéficiant pas de revenus réguliers.

Dans ce cadre, l’AEI suggère de verser des revenus solidaires (sous forme de cartes bancaires chargées) aux chefs de ménages identifiés par les autorités à travers les bases de données RAMED et TaySSIR. De même qu’elle appelle à accélérer le déblocage du reliquat du programme TaySSIR au profit des familles bénéficiaires. L’Etat est appelé également à surseoir au recouvrement des quittances d’eau et d’électricité de tous les professionnels touchés par les fermetures et des ménages vulnérables.

Autre mesure proposée par l’AEI est de différer, sans intérêts, les échéances de crédits au logement et à la consommation dues par ces professionnels et ménages pendant la période de crise.

À LIRE  Covid-19/Maroc : 44 nouvelles guérisons et 221 nouveaux cas, 11. 854 au total

Toujours dans la catégorie des actions de solidarité, l’AEI propose de surseoir et reporter le paiement de toutes les échéances fiscales dues par cette catégorie de la population à partir de ce mois. L’Etat est également appelé à encourager le travail à distance et autoriser le travail à temps partiel pour éviter les licenciements et préserver les compétences des entreprises. Enfin, offrir des cartes gratuites pour connexion à internet aux familles devant travailler à domicile et/ou ayant des enfants scolarisés devant suivre des cours à distance est également une mesure qui mérite d’être prise en compte.

Mobiliser des ressources exceptionnelles pour financer l’ensemble de ces actions

Face à cette situation inédite, et compte tenu des mesures particulières qu’elle nécessite, l’Alliance estime qu’il est important de mobiliser des moyens exceptionnels notamment le renforcement du Fonds spécial initié par sa Majesté le Roi, pour la gestion des effets de cette crise, par des contributions solidaires et volontaires des personnes morales et physiques qui le souhaitent et lancer une compagne d’appel à contribution à cette fin. L’AEI invite l’ensemble de ses membres à y participer massivement. Ces versements peuvent être faits de façon anonyme pour les contributeurs qui le souhaitent.

Par ailleurs, il est suggéré à l’état d’utiliser les lignes de financement sans intérêt destinées à faire face au Covid 19, prévues par les organismes de financement internationaux, tels que le FMI.

Enfin, l’Alliance a réitéré l’importance de rectifier la Loi de finances 2020 en vue de retarder certaines dépenses d’investissement, de reporter, le cas échéant, le paiement de certaines échéances de la dette du trésor, de prendre en considération les effets de la baisse attendue de la production agricole, du ralentissement quasi certain de la croissance et de programmer le financement des mesures de lutte contre les effets du Covid 19.