Le lancement de la Grande zone Africaine de libre échange (ZLECAF) est un pas qui mérite d’être accéléré pour créer un espace global de croissance économique qui favoriserait la création d’emplois pour la population du continent, a souligné l’Association Marocaine des exportateurs (ASMEX) mardi, dans un communiqué, à l’occasion de la Journée mondiale de l’Afrique.

Si cette journée est devenue une tradition fortement enracinée dans l’ensemble des pays africains, puisqu’elle représente le symbole du combat de tout le continent pour la libération, le développement et le progrès économique, elle est célébrée cette année dans un contexte de bouleversement mondial engendré par la pandémie du Corona Virus qui a frappé la planète, indique l’ASMEX.

Cette crise sanitaire a généré avec elle une crise économique sans précédent dont les contours peuvent redessiner les pouvoirs économiques mondiaux actuels, souligne la même source qui fait savoir que le continent africain dispose plus que jamais de tous les atouts qui lui permettront de s’ériger en tant que puissance économique régionale.

En effet, le Maroc, sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI, a été précurseur dans le développement de son partenariat avec plusieurs pays africains frères et amis et est le premier investisseur en Afrique de l’Ouest et le deuxième dans le continent africain.

Le lancement de la ZLECAF, un pas qui mérite d’être accéléré pour favoriser la croissance économique en Afrique 1
Pays membres de la ZLECAF

Dans ce sens, L’ASMEX s’inscrit dans cette dynamique et se mobilise pour créer des espaces d’échanges et de partenariat visant à développer et renforcer les échanges commerciaux ainsi que le partenariat entre les opérateurs économiques marocains et leurs homologues africains.

Elle a, à cet effet, initié, en partenariat avec l’Association des exportateurs de Côte d’Ivoire “APEXCI”, la création d’une association africaine du commerce extérieur, qui se veut un cadre d’accompagnement et d’orientation des opérateurs économiques africains pour saisir les opportunités dont regorge le continent pour un développement économique harmonieux.

À LIRE  La Zlecaf, une opportunité pour le commerce intra africain

Rappelons que la mise en oeuvre effective de la Zone de libre échange continentale africaine ( Zlecaf), d’abord prévue le 1er juillet 2020, a été repoussée selon le Sud-africain Wankele Mene, secrétaire général de l’organisation. En cause : la pandémie de Covid-19, qui a provoqué un confinement de la moitié de la planète et un bouleversement majeur du commerce mondial. Aucune nouvelle date n’a été annoncée.

« Il n’est pas possible de commencer le premier juillet, dans les circonstances actuelles » : l’annonce de Wamkele Mene, le secrétaire général de la Zlecaf, n’a surpris personne à l’heure où les pays sont confinés et où le commerce mondial est à l’arrêt en raison de la pandémie de Covid-19. Plus inquiétant en revanche, il n’a pas indiqué de nouveau calendrier pour le démarrage effectif de la Zlecaf, se contentant de préciser que l’engagement politique des dirigeants africains demeurait intact.

Entrée en vigueur il y a un an, la Zone de libre-échange devait débuter officiellement le 1er juillet 2020. Elle consiste à abolir progressivement les barrières réglementaires et tarifaires pour faire croître le commerce intra-africain. Celui-ci n’est que de 16% en moyenne pour les pays du continent. L’Afrique reste très dépendante de l’extérieur à qui elle vend ses matières premières et achète des produits finis.

MAP-