OMT: Les couloirs aériens entre pays à faible risque de contagion du coronavirus peuvent être un «premiers pas» pour permettre la reprise du tourisme mondial, estime l’Organisation mondiale du tourisme (OMT).

Ces corridors «sont des premiers pas pour établir de premières communications. (…) Ces couloirs vont se développer», a déclaré Zurab Pololikashvili, le secrétaire général de l’OMT, l’agence des Nations-unies chargée du tourisme.

En Espagne par exemple, l’archipel des Baléares va utiliser cette solution pour permettre aux touristes allemands, très nombreux à y passer leurs vacances, à pouvoir y revenir le plus rapidement possible. Un programme pilote va permettre aux premiers vacanciers allemands d’arriver sur l’île à partir du 15 juin prochain, en dépit de la fermeture des frontières espagnoles. Il servira à roder les protocoles de garanties sanitaires et à rétablir la réputation des Baléares comme destination sûre du tourisme européen.

Aussi, l’OMT plaide pour une meilleure coordination des réouvertures de frontières post-pandémie, en particulier en Europe où elle recommande aussi d’ouvrir les frontières extérieures à l’espace Schengen en toute sécurité avec des couloirs aériens. «C’est dommage que pendant les deux premiers mois (de confinement) chaque pays ait suivi ses propres règles, c’était un peu chaotique. Nous voulons coordonner, aider les pays à avoir une meilleure communication», a dit Zurab Pololikashvili, ajoutant que l’OMT travaille actuellement à des projets pilote pour rouvrir certains hubs aériens cruciaux pour le tourisme mondial, en particulier ceux d’Istanbul, Dubai et Doha.

En matière de contagion, «il est impossible d’avoir 100% de sécurité», a-t-il rappelé mais certaines mesures pourraient permettre de réduire au maximum les risques pour les voyageurs. Aussi, l’OMT est favorable à l’adoption d’un «passeport sanitaire» permettant aux pays d’échanger des informations, des tests rapides du Covid-19 et des prises de température.

À LIRE  Marrakech-Menara : Le trafic aérien en nette hausse de 21,13% en 2019

Au Maroc

Au Maroc, la pandémie du coronavirus et la fermeture des frontières ont eu pour conséquence l’arrêt de l’activité des établissements d’hébergement depuis le 15 mars dernier et de grosses pertes pour le secteur.

Aujourd’hui, les opérateurs demandent une date pour la réouverture des frontières mais aussi une accélération de la mise en place d’un protocole sanitaire spécial Hôtellerie. «Ces normes doivent nous être communiquées le plus rapidement possible pour pouvoir d’abord nous adapter et ensuite rassurer notre clientèle et nos marchés émetteurs», souligne la Fédération nationale de l’industrie hôtelière (FNIH) dans un courrier adressé au ministère de tutelle.

D’autres opérateurs s’interrogent sur les mesures hospitalières et couverture d’assurance prévues au cas où le client tomberait malade lors de son séjour. «Ces informations sont primordiales pour nos adhérents afin qu’ils puissent s’organiser en conséquence et renouer la collaboration commerciale avec leurs partenaires étrangers».