La décision d’allègement ou de levée du confinement sanitaire demeure intimement liée à l’évolution de la situation épidémiologique au Maroc, a affirmé le ministre de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur, de la formation professionnelle et de la recherche scientifique, porte-parole du gouvernement, Saaid Amzazi.

Maroc: L’allègement ou la levée du confinement sont intimement liés à l’évolution de la situation épidémiologique 1

“Le gouvernement a pris la décision d’assouplir progressivement les mesures de confinement sanitaire selon les zones et sur des étapes, compte tenu de l’évolution des indicateurs épidémiologiques qui ont connu une tendance positive jusqu’à ce jour”, a souligné M. Amzazi dans une déclaration à la MAP.

Ces indicateurs reposent sur les nouveaux cas confirmés, dont le taux reste très faible en dépit de l’augmentation du nombre des tests de dépistage pour atteindre plus de 17.000 par jour, et la baisse jour après jour des cas actifs au niveau national, outre le taux de reproduction du virus (R0) qui a atteint un niveau très rassurant, a-t-il expliqué, soulignant que l’objectif escompté a été réalisé à l’échelle nationale.

Il a en outre relevé qu’en dépit des indicateurs positifs révélateurs d’une situation sous contrôle au niveau national, au moment où certaines provinces et préfectures n’ont enregistré aucun nouveau cas d’infection depuis des semaines, il y a d’autres par contre qui ont connu l’apparition de foyers familiaux et professionnels, d’où les indicateurs y afférents restent en deçà des objectifs tracés par les autorités sanitaires.

Le responsable gouvernemental a à cet égard insisté sur l’impératif de respecter strictement les mesures préventives et sanitaires de sorte à empêcher tout relâchement dans les efforts fournis en la matière et à préserver les acquis réalisés.

À LIRE  Covid-19/Maroc: 72 nouvelles guérisons, 60 nouveaux cas, et aucun décès.

Il a par ailleurs rappelé que les écarts constatés entre les différentes préfectures et provinces a exigé l’adoption d’une nouvelle approche pour les classer en deux zones distinctes. “La Zone d’assouplissement 1”, où la situation est maîtrisée totalement, comporte sept régions et 59 préfectures et provinces, soit 95% du territoire national et 61% de la population, alors que “la Zone d’assouplissement 2” où la situation est partiellement contrôlée, est composée de cinq régions et de 16 provinces et préfectures, a précisé le ministre.

Parallèlement à cette mesure, a-t-il poursuivi, il a été décidé d’insuffler une nouvelle dynamique aux activités industrielles et commerciales dans tout le Royaume et de relancer l’économie nationale en permettant aux secteurs de production et de services de reprendre leur activité à partir du 11 juin, dans le respect de toutes les mesures proactives et préventives mises en place par les autorités compétentes.

M. Amzazi a dans ce contexte précisé qu’il s’agit de la reprise des activités industrielles, commerciales, d’artisanat, des professions libérales, des activités de proximité et petits métiers, en plus de la réouverture des souks hebdomadaires, la reprise du transport public urbain avec une exploitation ne dépassant pas 50% de la capacité d’accueil et des services publics en présentiel.

En revanche, a-t-il noté, les restaurants et cafés avec consommation sur place, les hammams, les salles de cinéma et théâtres, ainsi que les grands complexes commerciaux sont exclus de cette liste. Il en va de même pour les activités sociales, culturelles et sportives qui ne sont pas autorisées durant cette première phase dans toutes les régions, les préfectures et les provinces, comme c’est le cas pour les rassemblements, les réunions, les fêtes, les fêtes de mariage, les funérailles et les plages, a-t-il poursuivi.

À LIRE  108 Marocains rapatriés des Iles Canaries

Il sera procédé dans les plus brefs délais à l’annonce d’une liste des activités interdites actuellement, a fait savoir le ministre, exprimant le souhait que tous les secteurs puissent reprendre leur activités dans la période à venir.

Notant que le confinement demeure l’unique solution et le meilleur moyen pour endiguer la propagation de la pandémie, M. Amzazi a fait observer que cette mesure s’est avérée efficace dans la lutte contre la propagation du coronavirus, l’amélioration des indicateurs épidémiologiques et d’allégement de la pression que subissent les établissements hospitaliers en termes de capacité d’accueil.

L’efficacité du confinement a été prouvée par de nombreuses études nationales et internationales, a-t-il dit, estimant que le résultat obtenu revêt une grande importance pour le Royaume.

MAP-