Le Maroc devrait avoir une récolte de blé historiquement faible cette année après quatre mois de conditions météorologiques défavorables (déficit pluviométrique, stress hydrique…) qui ont frappé les rendements, une dynamique qui a contraint le gouvernement à suspendre les droits d’importation jusqu’à la fin de 2020, selon le bureau du département américain de l’agriculture (USDA) à Rabat.

La récolte combinée de blés et d’orge sera inférieure de 60% à la moyenne décennale, à seulement 3 millions de tonnes, selon le bureau. Celle-ci tablerait sur 1,65 million de tonnes de blé tendre, 750.000 tonnes de blé dur et 600.000 tonnes d’orge.

Ainsi, afin de compenser la baisse de la production, les importations combinées de blé tendre et dur pour la campagne de commercialisation 2020/2021 devraient atteindre 6 millions de tonnes, contre 5,1 millions de tonnes importées au cours de l’année jusqu’en mai 2020. De même, les importations d’orge augmenteront de 44% sur l’année pour atteindre 1,3 million de tonnes, indique le département américain de l’agriculture, selon AgriCensus.

L’USDA a ajouté que le secteur des céréales du Maroc continue d’affronter la crise de coronavirus (Covid-19), les minoteries et les ports étant pleinement opérationnels.

AGRIMAROC-

À LIRE  Des ministres des AE africains rendent hommage au Maroc pour son soutien à la formation de la jeunesse du continent