La situation épidémiologique au Maroc ne diffère aucunement de celle à l’échelle internationale, a estimé vendredi le ministre marocain de la Santé, Khalid Aït Taleb.

”Certes, nous avons des taux et des indicateurs qui sont très intéressants et encourageants. Néanmoins, nous avons constaté ces derniers temps l’apparition de cas graves et un nombre de décès en hausse à Tanger par rapport à d’autres villes comme Fès, Casablanca et Marrakech”, a-t-il dit à l’agence de presse MAP.

M. Taleb a noté que le génome de souches du nouveau coronavirus détecté au Maroc n’a connu aucune mutation puisque c’est la souche qui circulait depuis le début de l’épidémie et que l’on retrouve même chez les personnes asymptomatiques. Pour lui, aucune mutation génétique n’explique l’augmentation des cas graves et les décès liés au coronavirus enregistrés dans certaines villes, notamment à Tanger.

Par contre, a-t-il poursuivi, “ce qui pourrait expliquer ce phénomène, c’est que depuis le début de la 3e phase de la levée du confinement, nous avons constaté (…) un relâchement dans le respect des mesures d’hygiène et barrières”. Ce relâchement a permis d’exposer au virus une population qui est vulnérable et d’un certain âge ou qui souffre de maladies sous-jacentes ou de comorbidité.

M. Taleb a insisté à cet égard sur le respect des mesures sanitaires qui demeurent la panacée pour limiter la propagation du nouveau coronavirus, en particulier en cette période estivale et à la veille de certaines festivités comme la Fête du sacrifice, en vue de protéger la santé de chacun.

À LIRE  Covid-19/ Maroc : 1.069 nouveaux cas confirmés et 597 guérisons