Le rucher collectif d’Inzerki est l’un des plus grands au monde. Bâti vers 1850 en pleine forêt, il représente un patrimoine important et une attraction touristique privilégiée pour les visiteurs de l’arrière-pays du Souss.

La population locale résidant à côté du rucher compte une communauté d’apiculteurs dotées d’un savoir-faire confirmé. Ce rucher se trouve au cœur de la réserve de biosphère de l’arganeraie (RBA) dans la commune d’Argana (80 km au nord d’Agadir) relevant administrativement de la province de Taroudant et sur la route nationale N°8 reliant Agadir à Marrakech avec une altitude qui avoisine les 900 mètres.

Appelé localement Taddart Ouguerram (en amazigh la maison du saint), l’emplacement du rucher a été bien choisi par ses concepteurs pour profiter au maximum des rayons du soleil et de la flore locale très riche en fleurs, arbres et plantes médicinales dont le thym, azur, palmiers, lavande et autres herbes aromatiques.

Inzerki, plus grand rucher traditionnel du monde 1

L’architecture unique du site témoigne d’une réelle civilisation humaine ingénieuse, qui a su tout au long des siècles assurer l’équilibre crucial entre cette source de revenu et la protection de la nature locale et l’écosystème qui lui est associé.

Ce magasin collectif de miel contient plus de 200 cases construites avec de l’argile. Chaque case peut contenir de 15 à 20 ruches traditionnelles. Le rucher se compose de quatre étages de dimension égale, avec un espace libre, un peu plus grand, situé au-dessus. L’espace du dessous et celui du dessus servent à la ventilation et à l’écoulement de l’eau de pluie.

Inzerki, plus grand rucher traditionnel du monde 2

Faite de terre, de pierre et de bois, la «taddart» d’Inzerki est considérée comme le plus grand et le plus ancien rucher traditionnel au monde. L’endroit a été plusieurs fois restauré depuis sa construction en 1850. Malgré les crues ravageuses de 1990 et 1996 qui endommagèrent ce trésor national, malgré l’abandon, le rucher domine toujours le paysage et reprend aujourd’hui peu à peu de l’activité. C’est grâce au soutien d’organisations telles que l’USAID (Agence des États-Unis pour le développement international) et à l’UNESCO que le rucher d’Inzerki a pu être restauré à plusieurs reprises dans le cadre du développement du tourisme rural.

À LIRE  Covid-19 : Plus de 152.000 rémissions dans le monde, 14 au Maroc

A Inzerki, quelque 80 familles disposaient de cases dans ce rucher pour un total d’environ 3.000 ruches. Pour la petite anecdote, le bruit des abeilles dans la ruche était tel que leur bourdonnement incessant pouvait s’entendre à des kilomètres à la ronde. Et pour cause, chaque case pouvait abriter jusqu’à 50.000 abeilles soit, au moment de l’activité maximale du rucher, 150 millions d’abeilles.

Des dizaines de touristes se rendent régulièrement dans la région pour se procurer du miel d’une très bonne qualité, notamment dans les coopératives gérées par les femmes, et qui ont connu un développement considérable ces dernier temps.

La saveur du miel dépend des plantes en floraison aux différentes périodes de l’année. Trois types de miel sont récoltés et utilisés au niveau local : le miel du printemps à base de diverses fleures d’amandier cactus, palmier, d’oranger et d’autres espèces naturelles, le miel d’été à base de thym et chardon, le miel d’automne à base d’eucalyptus, thym et caroubier.

Inzerki, plus grand rucher traditionnel du monde 3

Rappelons que la région d’Argana est dotée depuis 2018 d’une Maison du miel de 5,3 MDH et qui comprend notamment des ateliers de promotion de l’apiculture, une salle conditionnement, un laboratoire, un espace de stockage et des bureaux. Le nombre de bénéficiaires est estimé à 100 producteurs regroupés au sein d’une coopérative alors que la production attendue est de 10 tonnes par an. Cette unité a été financée conjointement par l’Initiative nationale pour le développement humain (1,30 MDH), le conseil provincial de Taroudant (1,50 MDH), le conseil régional de mise en valeur agricole Souss-Massa (2 MDH), la commune d’Argana (500.000 DH) et l’Association de la Maison du miel (50.000 DH).

À LIRE  Relance du tourisme : l’OMT réajuste les priorités pour l’Afrique