Le nombre de migrants arrivés en Italie a augmenté de près de 150% au cours des 12 derniers mois, la majorité venant de Tunisie, a déclaré hier la ministre de l’Intérieur italienne.

L’Italie a connu des difficultés ces derniers mois pour faire face à l’arrivée de centaines de migrants sur ses rives méridionales, une tâche compliquée par les mesures de sécurité dues à la crise sanitaire du coronavirus. Tandis que la frustration monte parmi les maires locaux, le gouvernement a mobilisé des ferrys pour maintenir les migrants en quarantaine et a fait appel à l’armée dans certains cas, après l’évasion de migrants testés positifs des centres d’accueil.

Du 1er août 2019 au 31 juillet 2020, 21 618 migrants sont arrivés sur les côtes italiennes, une augmentation de 148,7% par rapport aux 8 691 arrivées de l’année précédente, selon des données présentées par la ministre de l’Intérieur Luciana Lamorgese hier à Milan. Malgré la forte augmentation, le nombre d’arrivées de migrants est toujours loin derrière les niveaux enregistrés il y a quelques années.

De 2016 à 2017, l’Italie a enregistré l’arrivée de 182 877 migrants. Après la signature d’un accord avec la Libye pour que ses gardes-côtes empêchent les départs des migrants, le nombre est tombé à 42 700 lors de la période 2017-18. Quelque 41,6% des migrants sont partis de Tunisie, et 40,5 de Libye. Plus du tiers des migrants arrivés déclarent être de nationalité tunisienne, contre 12% pour le Bangladesh et 7% pour la Côte d’Ivoire. La Tunisie est confrontée à un fort taux de chômage et à une instabilité politique poussant ces migrants à effectuer la traversée vers l’Italie.

À LIRE  Le Roi Felipe VI d’Espagne souligne l'”énorme potentiel” de coopération avec le Maroc

Mme Lamorgese a déclaré qu’elle serait du voyage officiel en Tunisie demain avec le ministre des Affaires étrangères Luigi Di Maio et deux commissaires de l’Union européenne.