Après la province de Benslimane, le préfecture voisine de Mohammedia est la deuxième collectivité territoriale de la région de Casablanca-Settat à annoncer la fermeture de ses plages à compter de ce vendredi à minuit, sur fond de crainte d’une plus grande propagation du nouveau coronavirus (Covid-19).

Sur décision du gouverneur de la préfecture Hicham M’daghri Alaoui, la nage sera totalement interdite dans les plages de Mohammedia et Ain Harouda, où les autorités administratives locales et les services de sécurité, chacun dans son domaine de compétence, veilleront à l’application de cette mesure, en coordination avec les services provinciaux de l’Equipement et des collectivités territoriales.

Les autorités de Mohammedia et de Benslimane craignent, visiblement, une ruée sur leurs plages des résidents de Casablanca, suite à la décision du gouvernement de fermer les plages de la métropole, de Dar Bouazza et Paloma, proche d’Ain Harrouda, en réaction à l’apparition de nouveaux foyers infectieux.

Le gouvernement avait pris, la veille, plusieurs mesures de restriction pour circonscrire la propagation du virus dans les villes de Casablanca, Marrakech et Béni Mellal.

Les régions de Casablanca-Settat et Marrakech-Safi sont les plus touchées par la pandémie, qui enregistre une envolée des cas de contamination depuis deux semaines au Maroc.

MAP-

À LIRE  Maroc : découverte des restes du premier dinosaure aquatique "Spinosaurus" connu au monde