Cellule terrorisme: Le Bureau central des Investigations judiciaires poursuit son enquête après le démantèlement, le 10 septembre dernier, d’une cellule terroriste s’activant dans 4 villes. Le BCIJ a ainsi perquisitionné, mercredi, dans le parking de l’immeuble de résidence de la soeur du suspect principal, un véhicule frigorifique. Il pourrait contenir des substances explosives et inflammatoires, selon un communiqué du Bureau.

Cette opération s’inscrit dans le cadre de la poursuite des recherches et investigations menées par le Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ) relevant de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST) et sous la supervision du parquet chargé des affaires du terrorisme, suite au démantèlement le 10 septembre de la cellule terroriste liée à Daesh et composée de 5 suspects s’activant dans les villes de Témara, Skhirate, Tiflet et Tanger, indique un communiqué du BCIJ.

L’endroit où a été dissimulé le véhicule frigorifique suspect a été localisé suite à des informations obtenues dans le cadre de l’enquête préliminaire menée dans cette affaire, notamment les déclarations de l’épouse du principal suspect, qui a indiqué son endroit à la police judiciaire et a assisté à la perquisition ayant permis la saisie du véhicule, ajoute le communiqué, notant que ce véhicule était bien fermé ce qui a nécessité pour son déverrouillage de suivre le protocole de sûreté et de sécurité en vigueur.

Les mesures de fouilles ont permis la découverte et la saisie à l’intérieur du véhicule frigorifique appartenant au suspect de 6 bouteilles en verre contenant des liquides explosifs attachés à du tissu et un sabre, outre deux caissons en plastique dont l’un d’un volume de 20 litres et l’autre de 5 litres contenant les traces de substances chimiques suspectes, a ajouté la même source, précisant que ces produits seront soumis aux expertises techniques nécessaires par l’institut des sciences forensiques.

À LIRE  Coronavirus et violence: Les soucis financiers, source de tension pour les 22% des marocains

Des échantillons des produits saisis, qui ont fait l’objet d’un inventaire, ont été prélevés par la police scientifique et technique, selon la même source qui précise que ces produits ont été soumis à un technicien en explosifs, avant de les transporter et de les mettre à la disposition de l’enquête préliminaire menée par le BCIJ sous la supervision du parquet chargé des affaires du terrorisme et d’extrémisme.