Le groupe OCP vient de publier ses résultats au titre du premier semestre 2020. Il en ressort un chiffre d’affaires total de l’ordre de 27,4 milliards de dirhams (MMDH). La baisse des cours à l’international a été compensée par l’augmentation des volumes, OCP étant resté opérationnel malgré la crise sanitaire de la Covid-19.

Ainsi, le chiffre d’affaires du groupe OCP est resté stabilisé autour de 27,403 MMDH (2,8 milliards de dollars) à fin juin 2020, par rapport à la même période de l’année précédente, et ce malgré la baisse des prix de toutes les catégories des produits phosphatés, indique le Groupe dans un rapport publié sur son portail.

Cette stabilité des revenus est attribuable à des volumes de ventes d’engrais plus élevés, ayant augmenté de plus de 1,5 million de tonnes par rapport aux niveaux du premier semestre 2019.
C’est l’activité engrais qui a permis, ainsi, de stabiliser le chiffre d’affaires, indique la même soulignant, précisant que ses revenus ont progressé de 12%, reflétant une hausse des volumes exportés vers l’Amérique latine, l’Europe et l’Inde (+1,5 million de tonnes par rapport aux niveaux du premier semestre 2019) qui a largement compensé la baisse des prix (baisse de 22% du prix du DAP).

Pour cette période, l’OCP affiche un recul de 5% des revenus de de la roche d’une année à l’autre, “reflétant principalement une baisse des prix, largement compensée par la hausse des volumes exportés, notamment vers l’Amérique latine et l’Europe”, précise la même source.

Quant à l’acide phosphorique, ses revenus ont diminué de 31% par rapport à la même période de l’année dernière, impacté à la fois par la baisse des prix et des volumes. Le recul des volumes de ventes est principalement la résultante des exportations d’acide vers l’Inde, où la baisse de la demande reflétait la réduction de la production locale d’engrais suite à la propagation de la pandémie. La baisse des prix de l’acide au 1er semestre 2020 par rapport au 1er semestre 2019, a suivi la même tendance baissière que les prix des roches et des engrais, note l’OCP.

À LIRE  Le marocain OCP multiplie ses contrats au Nigéria

Autre indicateur de performance, la marge d’EBIDTA d’OCP, de 31%, reflète une optimisation des coûts de production et d’excellence opérationnelle. «Cette performance a été soutenue par la baisse des prix du soufre et de l’ammoniac sur la période ainsi que par des économies de coûts résultant des mesures déployées à l’échelle du Groupe afin de faire face à la propagation de la Covid-19. OCP a par ailleurs ouvert plusieurs chantiers de pilotage de ses performances en vue de limiter les effets négatifs générés par la pandémie.

L’impact de ces mesures, qui se poursuivront post-pandémie, sera visible dès les résultats de l’année 2020», a déclaré Mostafa Terrab, président-directeur général du groupe, lors de la présentation des résultats. Les dépenses d’investissement durant les six premiers mois de l’année ont atteint 5,1 milliards de dirhams, témoignant ainsi d’une volonté de dépasser la crise et de renforcer sa position de leader sur le marché international des engrais.

Par ailleurs, le Groupe OCP assure que malgré la pandémie de la Covid-19 qui perdure et l’incertitude qui pèse sur l’environnement économique, ses perspectives pour l’année 2020 s’annoncent favorables.