Depuis hier, de fortes conditions de houle s’abattent sur les côtes marocaines, notamment celle de Casablanca. Jeudi 29 octobre,

cette houle a atteint son point culminant en termes de taille et de puissance, avec quatre à six mètres. En conséquence, plusieurs cafés et restaurants d’Ain Diab ont été submergés par la hauteur des vagues, notamment Tahiti Beach Club qui était complètement submergé par la houle et dont les installations ont subi des dégradations. Ce phénomène météorologique aurait suscité la panique des habitants de la zone côtière. Sur place, les agents de police ont été déployés sur la côte pour mettre en garde les citoyens trop curieux de ne pas s’approcher.

Le phénomène s’est reproduit à Rabat et Salé également ce matin, où de grosses vagues, dont la hauteur dépassait les 3 mètres, ont aussi submergé les seuils de certaines maisons. Malgré le risque, certaines personnes se sont quand même approchées pour immortaliser ces moments. En revanche, les forces de l’ordre se sont mobilisées pour sécuriser le passage des voitures vers la Porte Laâlou. Et des agents de police ont été également placés le long de la côte, du phare jusqu’au Borj Lakbir (Fort Rottembourg-Hervé), au quartier de l’Océan.

Rappelons que ce n’est pas la première fois qu’un tel phénomène arrive au Maroc. En 2017 et 2018 le long de la côte atlantique entre Larache et Tan Tan, des vagues ont atteint quelques fois les 6 mètres. À Harhoura, ce phénomène avait d’ailleurs coûté la vie à une femme qui a été surprise, avec un groupe de 5 autres personnes, par une vague géante à la plage Val-d’Or.

À LIRE  MIGRATION:LE MAROC, UN EXEMPLE DE BONNES PRATIQUES

MAP-