La Banque Mondiale accorde un financement additionnel de 150 millions de dollars au Maroc pour le transport urbain.

Ce programme a été lancé en 2015 en vue d’améliorer les capacités des autorités à assurer des transports publics de qualité, mais également de soutenir les investissements en matière d’infrastructures locales de transport urbain.

Ce financement additionnel a pour finalité d’adapter le programme aux nouvelles priorités en matière de mobilité y compris consécutives à la pandémie de COVID-19 et d’en étendre la portée. L’accent sera mis sur la création et l’opérationnalisation d’une structure centrale dédiée chargée de superviser les transports publics et sur des investissements locaux pour renforcer la performance du secteur.

ce programme a déjà produit des résultats “tangibles”, notamment à travers le Fonds d’accompagnement des réformes du transport urbain, qui a contribué à financer les investissements prioritaires, mais également en améliorant la planification et la performance des transports urbains ainsi que la coordination entre municipalités.

Au total, 40.000 usagers en ont bénéficié au quotidien. Ce chiffre atteindra 130.000 citadins à la clôture du programme. A noter que ce dernier est mis en œuvre par le ministère de l’Intérieur et, à l’échelon local, par les communes. La date de clôture a été prolongée jusqu’en juin 2024.

À LIRE  Laâyoune, Benguerir et Chefchaouen déclarées villes apprenantes a l'UNESCO