La production prévisionnelle d’avocats à Rabat-Salé-Kénitra, au titre de la campagne agricole 2020-2021 devrait atteindre 60.000 tonnes, sur une superficie productive de 3.590 hectares, enregistrant ainsi une hausse de 8% par rapport à la campagne précédente 2019-2020 et plus de 37% par rapport à la campagne 2018-2019, selon le directeur régional de l’Agriculture, M. Aziz Bellouti.

L’avocat, ce fruit tropical qui s’adapte parfaitement aux conditions pédoclimatiques du Maroc et dont la production s’étend du mois de septembre à mai, connaît depuis plus d’une décennie un essor remarquable dans la région de Rabat-Salé-Kénitra, pionnière dans la production de l’or vert au niveau national, où la superficie plantée a atteint 5.840 ha, soit environ 86% de la superficie nationale à la faveur d’importants efforts et du Plan Maroc Vert (PMV) qui a hâté la cadence d’évolution de cette filière dans la première région du Royaume.

Le bilan est plus qu’encourageant et dépasse toutes les prévisions eu égard à l’évolution de la superficie des avocats qui suit un trend haussier en passant de 1.330 ha en 2008 à plus de 5.840 ha en 2020, rapporte la MAP. Ainsi, la région de Rabat-Salé-Kénitra a enregistré une augmentation de 340%. En effet, l’extension des plantations s’opère à un rythme moyen de 375 ha par an.

En ce qui concerne les destinations des exportations de la région, il a fait savoir que 99% des produits sont exportés vers l’Union européenne (UE), le reste étant réparti entre des pays du Golfe et d’Asie.

Les exportations d’avocats ont connu un essor remarquable en passant de 1.490 tonnes en 2008 à environ 16.250 tonnes en 2019-2020, soit 30% de la production régionale, marquant de ce fait une amélioration importante, justifiée essentiellement par l’augmentation de la production d’une part et de la demande croissante du marché de l’UE d’autre part, a-t-il précisé.

À LIRE  L’AFD débloque 15 millions d’euros pour financer les start-up africaines

Pour la production prévisionnelle d’avocats au titre de la campagne agricole 2020-2021, M. Bellouti a estimé qu’elle devrait atteindre 60.000 tonnes, sur une superficie productive de 3.590 hectares, enregistrant ainsi une hausse de 8% par rapport à la campagne précédente 2019-2020 et plus de 37% par rapport à la campagne 2018-2019.

La filière a également eu un impact important sur les opportunités d’emplois. En effet, le directeur de l’ORMVAG, a indiqué que la culture d’avocatier est l’une des plus importantes et les plus dynamiques dans la région, en ce sens qu’elle crée près de 820.000 jours ouvrables à toutes les étapes de la production.

Cet essor remarquable qui caractérise la culture de l’avocatier est le fruit de plusieurs facteurs, avec notamment les aides et les incitations de l’Etat au profit des agriculteurs et des investisseurs pour promouvoir la filière d’avocatier.

Les efforts menés par les professionnels pour la diversification et la reconversion variétale, l’installation dans la zone de production de pépinières spécialisées approvisionnant les agriculteurs en plants de qualité, l’investissement en aval, ainsi que la promotion du produit marocain à l’étranger sont autant d’autres facteurs qui ont contribué à l’amélioration de la production.

Pour le chef d’arrondissement du développement agricole Sidi Allal Tazi, relevant de l’ORMVAG, Mustapha Ait Bella, les potentialités de la région de Rabat-Salé-kénitra se traduisent par des atouts naturels favorables à la production d’avocatier, tels que les sols sablonneux de la zone côtière, la disponibilité en eau de bonne qualité, le climat doux et tempéré sous influence océanique, une position géographique de la région à la porte de l’Union européenne qui constitue un marché d’absorption de première importance pour l’export, la proximité des grands centres urbains et une pluviométrie annuelle de l’ordre de 540 mm.

À LIRE  Covid-19 : Une initiative de la société civile à Safi en faveur des non-Ramedistes opérant dans le secteur informel

S’ajoute à ces facteurs l’intérêt grandissant des agriculteurs à cette culture à haute valeur ajoutée qui se caractérise aussi par sa facilité d’entretien, son faible coût de production comparativement à d’autres espèces arboricoles et ses prix de vente intéressants à l’exportation et au marché local, notamment au cours de ces deux dernières années où ces prix ont oscillé autour de 20 dirhams/kg sur pieds pour la variété Hass, a-t-il noté.

Le Plan Maroc Vert, qui vise la mise à niveau des différentes filières de production et l’instauration d’un arsenal d’incitations financières à l’investissement, a joué un rôle primordial dans l’évolution de la filière, a fait remarquer M. Ait Bella, évoquant également la demande en progression des marchés étrangers de l’UE en particulier, relayée par un marché national en expansion.

Une demande consolidée par la réputation de ce fruit qui se caractérise par nombre de bienfaits et vertus nutritionnelles et médicinales et s’impose en tant qu’allié incontournable des produits cosmétiques et pharmaceutiques.

Source: Agrimaroc