Le Maroc est classé 75e sur la liste des 131 économies évaluées dans le cadre de l’Indice mondial de l’innovation. Classé au 8e rang parmi les 29 pays de la catégorie des économies à revenu moyen-inférieur, et à la 10e place dans les 19 pays de la région MENA, le royaume doit toutefois déployer des efforts pour améliorer certains indicateurs et gommer ses faiblesses.

L’Indice mondial de l’innovation (GII), publié récemment par l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), l’Université Cornell et l’Institut européen d’administration des affaires (INSEAD) sur le thème «Qui financera l’innovation», a livré son classement 2020. Il place le Maroc au 75e rang sur la liste des 131 économies évaluées. C’est mieux qu’en 2018 (76e), mais moins bon que l’année dernière (74e). Cela étant, sur bien d’autres critères, le royaume est somme toute bien positionné.

En effet, il se classe au 8e rang parmi les 29 pays de la catégorie des économies à revenu moyen-inférieur, et à la 10e place dans les 19 pays de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA). Autre bonne nouvelle, pour la troisième année consécutive, le Maroc obtient de meilleurs résultats en termes d’Outputs de l’innovation (classé 69e) que d’Inputs (classé 85e). Cela veut notamment dire que le pays parvient chaque année à mieux transformer les investissements effectués dans l’innovation en produits et services concrets.

En ce qui concerne le capital humain et recherche, le Maroc est monté à la 81e position en raison de ses bons indicateurs de Dépenses d’éducation (34ème) et de Financement gouvernemental/élève (5ème). Dans la catégorie Infrastructure et sophistication des marchés, le Royaume est classé 71ème. Le Maroc est également passé au 88ème rang grâce à ses points forts en matière de Crédit domestique au secteur privé (33ème) et de Facilité de protection des investisseurs minoritaires (36ème). Concernant les Produits créatifs, le Royaume a également amélioré sa position en devenant 75ème cette année. Les Inspirations Eco fait remarquer qu’en dépit de toutes ces progressions, le Maroc a encore des efforts à fournir pour améliorer certains indicateurs moins performants.

À LIRE  Provinces du Sud: le taux de réalisation des projets de développement atteint 70%