Les éléments du service préfectoral de la police judiciaire de Laâyoune ont interpellé, en coordination avec les services de la Direction générale de la surveillance du territoire, quatre individus pour leurs liens présumés avec un réseau criminel s’activant dans le trafic de drogue et de psychotropes.

Cette opération de sûreté, lancée mardi et qui s’est poursuivie jusqu’à mercredi matin, a permis d’intercepter un camion frigorifique à l’entrée de la zone “El Marsa”, aux environs de Laâyoune, et de saisir à son bord deux embarcations pneumatiques et 4 moteurs hors-bord suspectés d’être destinés au trafic de drogue, indique un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), ajoutant que le conducteur du véhicule et son assistant ont également été interpellés.

Laâyoune: Saisie de près de 2 tonnes de chira destinées au trafic international, 4 individus interpellés 1

L’enquête a par la suite permis aux éléments de la police judiciaire, avec le soutien de la brigade régionale d’intervention (BRI), d’interpeller deux autres membres de ce réseau criminel dans une zone côtière entre “Foum El Ouad” et Tarfaya, dans une intervention au cours de laquelle un membre de la BRI a été contraint de faire usage de son arme de service en tirant des balles de sommation en vue de repousser le danger provenant d’un passager à bord d’un véhicule 4×4 qui s’est opposé aux éléments de la police, précise la DGSN.

Les opérations de fouille ont permis de saisir 61 ballots de drogue enfouis dans le sable, d’un poids total de 1.994 kg de chira, destinés au trafic international de drogue, outre une embarcation pneumatique et cinq autres moteurs hors-bord, poursuit le communiqué.

À LIRE  Depuis le palais, le roi Mohammed VI adressera un discours aux parlementaires ce vendredi

Les mis en cause, âgés entre 27 et 59 ans, ont été placés en garde à vue à la disposition de l’enquête préliminaire menée sous la supervision du parquet compétent, en vue d’identifier d’autres complices impliqués dans cette affaire et de déterminer les ramifications nationales et internationales de cette activité criminelle, conclut la DGSN.