Le Maroc est un modèle de tolérance pour la région et le monde, a affirmé, vendredi, le secrétaire d’Etat américain, Mike Pompeo.

“Les efforts du Maroc pour promouvoir la tolérance – partant de sa tradition historique de protection de sa minorité juive, à la signature de la Déclaration de Marrakech, jusqu’à l’accord d’hier avec Israël – constituent un modèle pour la région et pour le monde entier”, a indiqué, dans un communiqué, M. Pompeo.

“Les États-Unis, Israël et le Maroc ont choisi la paix et le monde en est meilleur”, a-t-il poursuivi, notant que la décision de la reprise des relations diplomatiques entre Israël et le Maroc est “une autre étape remarquable vers la paix”.

Le chef de la diplomatie américaine a rappelé que le président américain Donald Trump a également “reconnu la souveraineté marocaine sur le Sahara”, soulignant que les États-Unis restent convaincus que seules des négociations politiques sont en mesure de mettre fin à ce différend.

“Comme nous l’avons dit depuis longtemps, nous pensons que ces négociations devraient se dérouler dans le cadre du plan marocain d’autonomie”, a répété M. Pompeo.

Revenant sur les relations séculaires entre Washington et Rabat, il a rappelé qu’en 1777, le Maroc a été le premier pays à “accorder une reconnaissance diplomatique” aux États-Unis d’Amérique.

“Cette même année, le Maroc a ouvert ses ports aux navires de la nouvelle république américaine, ce qui nous a permis de favoriser nos échanges commerciaux et de soutenir notre lutte pour la liberté. Notre amitié a perduré”, s’est félicité le secrétaire d’Etat américain.

Avec MAP-

À LIRE  Covid-19/Maroc: 136 nouveaux cas, 15.464 au total