Lahcen Haddad, PhD, député marocain du parti Istiqlal et ancien ministre du Tourisme, a écrit une lettre ouverte à l’ancien Envoyé spécial de l’ONU au Sahara, James Baker, suite à ses déclarations, toujours hostile, dans une tribune publiée dans le Washington Post.

Cher M. James Baker III,
Dans votre récent OpEd au Washington Post, vous avez déclaré que la reconnaissance par les États-Unis de la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental est un «retrait des principes du droit international et de la diplomatie», ignorant délibérément le fait que le droit international, en matière de souveraineté, repose sur la reconnaissance faite par les États et les gouvernements, qui pourrait en soi ouvrir la voie à une reconnaissance «internationale» à travers des organismes collectifs comme l’ONU. Le droit international n’est pas un système abstrait imposé aux nations, mais la somme des actes et des pratiques des nations individuelles qui ont un impact et influencent l’action collective des nations, appelée « droit international ».

Votre déclaration selon laquelle une telle démarche « menace de compliquer nos relations avec l’Algérie, un partenaire stratégique important » est non seulement surprenante mais aussi assez révélatrice. En fait, votre souci ne semble pas être de respecter le droit international mais de protéger les intérêts américains, en particulier les intérêts pétroliers avec un pays producteur de pétrole comme l’Algérie. Il semble acceptable de mettre en colère un partenaire stratégique de longue date comme le Maroc, un pays avec qui les États-Unis ont le plus long traité de partenariat qu’ils aient jamais eu, et le premier pays à reconnaître l’autodétermination et l’indépendance des États-Unis, aussi longtemps car les Etats-Unis ne mettent pas en colère l’Algérie. Est-il acceptable de contourner les principes de la diplomatie et des relations internationales et les valeurs de partenariat lorsqu’il s’agit d’intérêts purement économiques ? Nous savons tous que l’Algérie produit du pétrole mais pas le Maroc.

La référence à l’Algérie est intéressante, car lorsque vous avez agi en tant qu’Envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU pour le Sahara occidental de 1997 à 2004, vous avez traité ce pays même comme s’il était une « partie observatrice » au conflit. Il semble désormais que l’Algérie soit devenue un acteur à part entière du conflit, vulnérable à la colère suite à la reconnaissance de la souveraineté du Maroc par le Gouvernement des États-Unis.

À LIRE  Décès d’un détenu pour affaire de terrorisme à la prison locale Salé 2

Vous avez également déclaré que la reconnaissance «ne devrait jamais se faire au prix de l’abandon de l’engagement des États-Unis en faveur de l’autodétermination, principe fondamental sur lequel notre pays a été fondé et auquel il doit rester fidèle ». Lorsque les États-Unis faisaient de petits pas vers la souveraineté en 1777, assiégés par les empires britannique, français et espagnol, l’autodétermination même dont vous parlez ne venait pas seulement de la lutte des révolutionnaires à Boston et à Philadelphie, mais a été renforcée par la reconnaissance de pays comme le Maroc, une reconnaissance qui a eu son poids dans le concert des nations, comme diraient les livres d’histoire.

D’autre part, pourquoi accepteriez-vous l’autodétermination en ce qui concerne les États-Unis ou ce que vous appelez « le peuple du Sahara occidental » et même les Palestiniens, mais vous refusez de considérer le même concept en ce qui concerne les luttes du Maroc contre les colonialismes. Le processus d’autodétermination du Maroc a commencé en 1956, lorsque la France et l’Espagne ont été forcées de quitter le nord et le centre du pays. Puis la ville saharienne de Tarfaya a été rétrocédée par l’Espagne en 1958, suivie par la ville méridionale de Sidi Ifni en 1969. C’est le Maroc qui a inscrit le Sahara occidental comme territoire non colonisé auprès de la Quatrième Commission de décolonisation des Nations Unies en 1964. L’objectif était de poursuivre ses efforts nationaux pour parvenir à son autodétermination et à son indépendance à part entière du colonialisme espagnol. Même le Polisario a été créé à Rabat par des étudiants sahraouis pour libérer le Sahara occidental et le ramener dans le giron de la souveraineté du Maroc. La Marche verte de 1975 était la quintessence de la volonté d’un peuple de réaliser son unité territoriale et son autodétermination historique. Il me semble, Monsieur le Secrétaire d’État, que certaines formes d’autodétermination sont, pour vous, « meilleures » que d’autres, de façon étrangement orwellienne.

À LIRE  Confinement: plus de 500 actes de violence contre les femmes enregistrés

La décision de la Cour internationale de justice de 1975 selon laquelle il y avait des liens d’allégeance entre les rois du Maroc et les tribus sahraouies, la décision de la Jemaa (l’organe collectif qui représentait alors les Sahraouis) d’accepter la souveraineté du Maroc et les accords de Madrid (1976) … ces actes ne comptent pas, pour vous, Monsieur Baker, comme faisant partie du droit international ou de l’autodétermination. Votre approche sélective n’est pas seulement injuste mais n’est malheureusement pas justifiée par des faits historiques.

Ce qui est surprenant aussi, c’est que vous semblez ignorer les différents traités qui ont lié le Maroc à différentes puissances occidentales au cours des siècles par lesquels des droits de passage et d’accostage ainsi que la protection ont été accordés par les gouvernements marocains aux navires européens et américains naviguant au large du Sahara occidental. Si ce n’est pas une preuve de souveraineté, que pourrait l’être ? Telle est la base du droit international dans l’ordre westphalien des nations, des États-nations, de la souveraineté et des territoires. Les décisions de l’ONU concernant le conflit ne pouvaient ignorer l’histoire ; et une « nouvelle histoire » vient d’être écrite lorsque les États-Unis ont reconnu la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental il y a quelques jours. Une couche qui ne fait que confirmer les réalités juridiques et historiques sur le terrain.

Et, en passant, M. Baker la reconnaissance fait partie intégrante de la légalité internationale.

En conclusion, Monsieur Baker, j’ai beaucoup de respect pour vous en tant que politicien expérimenté et en tant que personne de principes. Mais en ce qui concerne cette question, je ne suis pas d’accord. Je trouve votre position difficile à comprendre et vos arguments ne reposent pas du tout sur des faits et sur l’histoire.

Veuillez accepter mes meilleures salutations et ma plus grande considération

Lettre ouverte à M. James Baker III : La souveraineté du Maroc sur le « Sahara occidental » est l’aboutissement d’un long processus d’autodétermination postcoloniale 1
Lahcen Haddad, PhD, député marocain du parti Istiqlal et ancien ministre du Tourisme, également un bon ami de votre fils, Douglas Baker.